SHARE

L’ouragan Michael annoncé par le Centre National des ouragans, a atteint la côte Est avec des vents soufflant à près de 250 km/h faisant un mort, mercredi 10 octobre 2018. Il a été rétrogradé en tempête tropicale le lendemain (catégorie 1 sur une échelle de 5).

S’abattant sur la Floride avec des vents très forts atteignant jusqu’à 250 km/h, selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC – National Hurricane Center), les responsables du comté de Gadsden ont signalé que la tempête tropicale a fait au moins un mort. Bien que l’ouragan ait donc baissé en intensité, à Panama City, ville de 35 000 habitants sur le littoral, un mur d’eau et des vents puissants se sont déchaînés pendant presque trois heures, dispersant des débris partout. Des vents aussi rapides à s’abattre sur les Etats-Unis continentaux n’avaient pas été enregistrés depuis l’ouragan Andrew, en 1992.

Le cyclone a tout ravagé sur son passage. Les bâtiments éventrés, les arbres arrachés bloquant les rues et arrachant les lignes électriques, des maisons immergées jusqu’au toit et des habitants dévastés. Des images postées sur les réseaux sociaux montraient une partie de Mexico Beach inondée sous plusieurs mètres d’eau et sous les planches entremêlées des bâtiments.

« La nation entière et le monde ont vu cet ouragan monstrueux dévaster notre côte du golfe et le Panhandle », a déclaré le gouverneur de la Floride, Rick Scott, au cours d’une conférence de presse en fin d’après-midi. « Je me rendrai très très rapidement en Floride », a annoncé Donald Trump lors d’un meeting en Pennsylvanie mercredi soir. « Je leur souhaite le meilleur », a ajouté le président américain.

Des vents “dévastateurs” menacent toujours

Le Centre national des ouragans a précisé que des vents « dévastateurs » soufflaient toujours dans certaines parties de la Floride et de la Géorgie. Ce sont quelques 192 000 foyers qui ont été privés d’électricité selon les services d’urgence de Floride. Des dizaines de refuges ont été ouverts pour accueillir les milliers d’habitants ayant fui avant l’arrivée de l’ouragan, attendant parfois simplement allongés sur le sol.

Donald Trump avait approuvé mardi l’état d’urgence dans 35 comtés de Floride, permettant de débloquer des moyens matériels supplémentaires. Les responsables des Etats voisins d’Alabama et de Géorgie ont aussi déclaré l’état de catastrophe.

Ce sont près de 375 000 personnes, dans plus de vingt comtés de Floride, qui avaient reçu l’ordre ou avaient été incitées à évacuer, selon les médias. Et pourtant, certains ont décidé de braver la tempête malgré le rappel des autorités. Désormais trop tard pour s’éloigner des côtes, le gouverneur conseille aux récalcitrants de ne pas sortir : « Ne vous retrouvez pas au milieu de tout cela. Vous n’y survivrez pas. C’est meurtrier. »

Jamais dans l’histoire météorologique enregistrée un ouragan n’avait frappé les Etats-Unis continentaux au mois d’octobre à une telle vitesse, explique Philip Klotzbach, météorologue spécialiste des ouragans à la Colorado State University. Le cyclone se déplaçait très rapidement à 28 km/h vers le nord-est. Le centre de la Géorgie devrait être touché jeudi matin d’après les météorologues, et devrait ensuite s’éloigner en direction de l’Atlantique vendredi.

Claire Lefeuvre