SHARE

Ce mardi 30 avril, Francis Lalanne a annoncé être tête de liste aux élections européennes de la liste « alliance jaune ». Une « alliance » composée de deux listes de gilets jaunes : la liste de Francis Lalanne et celle de Jérémy Clément, liste de Ralliement d’Initiative Citoyenne, dite « RIC ».

À quelques pas de l’assemblée, au second étage du bar Le Concorde, ils étaient une trentaine à annoncer devant micros et caméras la liste « alliance jaune ». Une liste composée de gilets jaunes, qui veulent amener les idées de ce mouvement sans se revendiquer représentatif de ce mouvement. Peu de temps avant l’annonce, devant la caméra, les visages sont tendus. Ils écoutent rapidement Christophe Castaner sur un téléphone portable : « On en a assez entendu !», grogne un des membres sur la liste « alliance jaune ».  17h, toute la rangée de la table prend la parole, un à un, ils expliquent cette liste gilets jaunes. Les micros se déplacent au fur et à mesure des interventions. « C’est ça le problème avec la démocratie ! Tout le monde prend la parole ! » ironise Francis Lalanne, tête de liste et d’affiche de cette liste gilets jaune.

Un RIC pour représenter les électeurs

« La révolte, par le vote », c’est le slogan de ce mouvement. Cette liste « apartisane » souhaite représenter les électeurs. Leur première idée est de permettre à tous leurs électeurs de se prononcer sur chaque loi proposé au parlement européen. « Nous ce que l’on propose c’est que nos députés qui seront élus ne représenteront pas un parti ou eux même. Ils représenteront le vote des personnes qui ont voté pour cette liste. Sur internet ou dans des maisons jaunes, on va expliquer chaque loi avec le bon et le mauvais. L’électeur va choisir ce que l’on va voter pour lui » explique dès le début de la conférence Yan Le Bihan numéro 7 sur la liste. Cette liste souhaite se mettre au service du peuple. « On s’est tous engagé ! À partir du moment où on sera élu, on a va devenir les salariés du peuple, ni plus ni moins. Ce sont eux qui vont voté !» conclut Yan Le Bihan avant de céder la parole.  Mais cette volonté d’être le porte-parole des électeurs n’empêche pas cette liste d’avoir plusieurs propositions : taxe Tobin (taxe sur les transactions financières internationales), taxation du kérosène lourd et reconnaissance des ressources naturelles comme entités morales. « Notre liste c’est un laboratoire pour utiliser ce RIC, mais ces propositions permettent d’inscrire le partie dans la durée » annonce Jérémy Clément numéro 3 de cette liste « alliance jaune ».

Francis Lalanne une tête d’affiche choisie au dernier moment

En tête de liste, on retrouve Francis Lalanne. Derrière lui, Sophia Albert-Salmeron, avocate à Avignon ayant défendu plusieurs gilets jaunes, sera numéro 2. Jérémy Clément explique que cette décision s’est prise la veille au soir avant de déposer la liste au ministère de l’Intérieur. « Francis avait insisté pour que je sois tête de liste. Mais quand je vois l’ampleur du projet qui nous attend… Je me dis que le fait qu’il soit une figure connue et qu’il est beaucoup plus de crédibilité et de légitimité que moi, ne serait-ce qu’au niveau de l’âge, peut nous aider. Je pense que c’est mieux ainsi ».  Avant de rajouter, tout en tirant sur sa cigarette : «Personne ne voulait être tête de liste ! Ni moi, ni Francis ! De toute façon, vous l’avez vu !  Peu importe sa place sur la liste, si quelqu’un a quelque chose à dire il le dira ». Une liste rendue possible également par le bénéfice d’une caution financière de 800 000 euros assurée par Jean-Marc Governatori, président de l’Alliance écologiste indépendante et soutien de la liste EELV menée par Yannick Jadot. « Il l’a fait, car c’est un ami de Francis et c’est un grand soutien pour nous. On le remercie ».  Cette liste espère récolter entre 2 et 3% de vote le 26 mai aux élections européennes. Francis Lalanne, lui, prophétise, il s’imagine déjà atteindre la barre des 27% dans les années à venir.