SHARE

Ex responsable commercial , Sylvère préside aujourd’hui sa propre association en Ile-de-France qu’il a créée à l’âge de 23 ans. Ce jeune entrepreneur retrace son parcours.

Charlene. S : Présente-nous ton association
Sylvère : Son but est de développer les activités pour les jeunes afin de les aider à s’intégrer. J’ai cette volonté de rompre le clivage social qui persiste dans les banlieues. Je ne veux pas que les jeunes aient honte de leur milieu social ! L’association est répartie en 4 pôles : social, culturel, éducatif et sportif d’où son nom « La Cuatro ». Avec mon équipe, nous organisons des événements dans chacun de ses domaines. Nous intervenons aussi dans les classes au collège pour aiguiller les jeunes lors de la recherche d’un stage.

C.S : Comment « La Cuatro » a-t-elle vu le jour ?
S. : Mon idée de départ était de lancer des spectacles qui parlent à la nouvelle génération. Pour moi, les personnes importantes pour les jeunes étaient les influenceurs. Je suis parti à leur recherche. Noah Lunsi est l’un des premiers à avoir accepté puis d’autres ont suivi. Avec le temps, plus nous réalisons d’événements, plus nous nous faisons connaître.

C.S : Quelles difficultés as-tu rencontré ?
S. : Trouver un financement a été un défi. Nous travaillons par mécénat, il n’y a pas de subventions. Et puis en octobre 2017, l’association a été réorganisée. Quelques-uns n’ont pas aimé le nouveau concept et ont décidé d’arrêter. On avançait sans avancer, toujours avec les mêmes idées. Il fallait se réinventer. J’ai contacté des nouveaux influenceurs comme Vargass ou Rémy. Ça a relancé l’association surtout au niveau culturel. Par exemple, le spectacle avec Mohamed le suédois a beaucoup plu aux familles.

C.S : Qu’envisages-tu pour l’avenir de ton association ?

S. : Il y a des projets pour chaque pôle de l’association. Premièrement, je souhaite que nos événements sportifs prennent de l’ampleur et se transforment en tournois nationaux. Cela va permettre à plus de jeunes de se rencontrer et s’intégrer. Au niveau culturel, je souhaite organiser des festivals qui se déroulent sur plusieurs jours et qui soient reconnus. Ensuite, en terme d’éducation, mon projet est de déployer des intervenants dans 2 ou 3 autres collèges. Enfin pour le pôle social, mon but est de maintenir toutes nos actions, comme les tournois ou les spectacles. Je persiste afin de garder cette association comme vecteur de cohésion sociale.

C.S : Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui veut se lancer dans un projet associatif local ?
S. : Une ou deux personnes peuvent changer beaucoup de choses ! Depuis le début de « La Cuatro », de plus en plus de jeunes commencent à s’investir dans nos actions. Si tu peux apporter quelque chose à ta localité, n’hésite pas à te lancer ! C’est une occasion de faire plaisir aux autres et de les voir sourire.

 

Charlene Slowik