SHARE

« La taille mannequin » est, selon les croyances populaires, le prefect body shape. Ce temps semble néanmoins résolu. Les moeurs évoluant, notamment avec le développement des droits de la femme et du féminisme, les femmes ont aujourd’hui le droit de dire que, peu importe leur morphologie, leur corps est parfait.

Le mannequinat est connu pour être un milieu qui prône la minceur, si ce n’est pas la maigreur. Kendall Jenner ou Kate Moss, leurs corps font rêver… Mais à quel prix ?

Pour défiler sur les podiums, les modèles se privent généralement d’une alimentation quotidienne et variée. Cela ne fait pourtant qu’une centaine d’années que les femmes subissent ce quotidien du diktat de la maigreur. C’est la tendance androgyne dans les années 1920 qui pousse les femmes à maigrir pour obtenir un corps toujours plus plat. Les décennies qui ont suivi ont permit aux femmes de retrouver une certaine liberté, en acceptant leurs courbes naturelles, de la poitrine jusqu’aux hanches. Comme parfaits exemples de superwomen qui ont su résister : Naomi Campbell, ou encore Claudia Schiffer. 

Pourquoi toujours plus minces ?

Certains designers prétendent que les patrons seraient plus faciles à réaliser sur de petites tailles. Karl Lagerfeld avait en 2009 confié au magazine allemand Focus : « personne n’a envie de voir des femmes rondes sur les podiums ». Les morphologies évoluant de manière naturelle, les modèles sont, dans la plupart des cas, les seules à pouvoir porter les vêtements avec lesquels elles défilent. Des épaules plus larges, des cuisses et un fessier développé, c’est le corps des femmes d’aujourd’hui. Les tendances s’inversent.

Une nouvelle erre…

Bien qu’il existait auparavant des mannequins « grandes tailles », les marques sollicitent aujourd’hui de plus en plus de modèles avec tout type de morphologies. La marque Victoria Secret mettant en scène ses célèbres Anges, prône la beauté mais également les rondeurs, avec des jeunes femmes à la poitrine et aux fessiers pulpeux. Les consommatrices se disent notamment plus à l’aise avec des campagnes telles que celles-ci.

 

Cynthia Lambert