SHARE

En février, nous sommes allés près de la gare Saint Lazare pour participer à une distribution alimentaire des Restos du Coeur. Fonctionnement, ambiance, nous vous dirons tout. 

Un certain nombre de personnes a tendance à oublier que non, les Restos du Coeur ça n’est pas seulement les Enfoirés. C’est avant tout une association que Coluche a créé en 1982 afin de venir en aide aux plus démunis. La réalité du quotidien de toutes les personnes vivant dans la rue est frappante, elle l’est encore plus lors des distributions alimentaires des associations caritatives. 

Le rendez-vous est fixé à 19h20, derrière la gare Saint Lazare où un camion des Restos du Coeur est garé. Monique, la responsable du quartier Saint Lazare et plusieurs bénévoles sont déjà au pas de course pour préparer la distribution. Après avoir été chaleureusement accueillis malgré la pluie, la préparation commence. 

La première étape est de trier les différents aliments qui seront proposés aux bénéficiaires.

Sur une petite place, les tables et autres accessoires sont mis en place afin de définir clairement les zones pour les différents plats. En tout, il y a cinq espaces, les plats, les soupes, les céréales, le café et les vêtements. Tout est fait de façon à être efficace. 

Une fois que tout est installé, Monique dit à chacun le poste qu’il occupera, il est à peu près 19h50 et la distribution commence à 20h. Après avoir mis des gants pour des questions d’hygiène, nous nous dirigeons vers notre atelier. 

Une distribution humide mais rapide

À la soupe, notre mission est de servir la soupe contenue dans trois gros barils. Sur la table, il y a des bols, gobelets, cuillères, serviettes mais aussi du pain. Pendant une heure, les bénéficiaires viennent et reviennent, les bols de soupes s’enchainent. Malgré la pluie, le temps passe vite et il est bientôt 21h. 

La distribution est terminée mais il nous reste encore un baril de soupe. D’après Monique, c’est normal puisque ce soir de février « seulement » 150 personnes sont venues. D’ordinaire, c’est beaucoup plus. 

La bonne ambiance est de rigueur, les bénévoles rangent et discutent entre eux car beaucoup se connaissent et viennent régulièrement. C’est un vrai moment de partage aussi bien avec les bénéficiaires qu’avec les bénévoles. Tout est rangé dans le camion, Monique nous rassemble pour la réunion de fin. Au total, une vingtaine de bénévoles aux âges très différents tous heureux d’avoir contribué à cette mission. 

Pour le quartier Saint Lazare, les distributions sont organisées le lundi, mercredi et vendredi. 

Au final, participer à cette distribution fait découvrir un instant, la réalité de la rue. C’était une bonne expérience que chacun devrait tester pour se faire une idée car notre vision est souvent erronée. C’est aussi et surtout un moyen d’aider les associations à venir en aide aux personnes qui en ont besoin.