Patrick Balkany, itinéraire d’un enfant gaté

463
0
SHARE

Alors que le procès Balkany bat son plein, l’actuel maire de Levallois-Perret et son épouse, jugés pour fraude fiscale, risquent de la prison ferme et 10 ans d’inéligibilité. C’est en tout cas ce qui a été requis le procureur jeudi. Maire de Levallois-Perret de 1983 à 1995 et élu à nouveau à ce poste en 2001, retour sur le parcours de Patrick Balkany.

Jeunesse

Né à Neuilly-Sur-Seine, dans une famille juive rescapée de la Shoah, Patrick Balkany n’est pourtant pas destiné à une carrière politique. Non-bachelier, il reprend l’entreprise familiale de prêt-à-porter. Dans le même temps, il effectue une brève carrière d’acteur dans les années 1960. Il est à l’affiche dans plusieurs petits rôles dans des films et feuilletons.

Début en politique et premiers échecs

C’est pendant son service militaire, qu’il effectue au palais de l’Elysée, qu’il se lie d’amitié avec Michel Jobert, secrétaire général de Georges Pompidou. En 1976, âgé de 28 ans, sa carrière politique se dessine. En effet, il fait partie des membres fondateurs du comité central du RPR, fondé par Jacques Chirac. Ce dernier envoie Patrick Balkany briguer un poste à l’Assemblée Nationale dans la première circonscription de l’Yonne. Il obtient 10 % des suffrages.

Implantation à Levallois-Perret

Malgré cet échec, il décide de s’implanter à Levallois-Perret où il ouvre une permanence. En 1981, à la suite de la dissolution de l’Assemblée Nationale par François Mitterrand, il se présente à nouveau aux législatives dans la circonscription de Clichy-Levallois. Ayant obtenu 46 % des voies, il est battu de justesse par le député-maire communiste de Levallois-Perret, Parfait Jans. Ce n’est qu’an plus tard que Patrick Balkany remporte ses premiers succès électoraux. Il devient conseiller général du canton de Levallois-Perret-Sud. Puis en 1983, sa liste emporte la majorité aux élections municipales et ainsi il devient maire de Levallois-Perret. Il entreprend une profonde mutation de la commune. Ville ouvrière et populaire, Patrick Balkany la transforme en ruche tertiaire très prisée, jusqu’à être aujourd’hui considérée comme un « Neuilly bis ». « Nous sommes tout simplement passés d’une ville industrielle très vieillissante à une ville moderne tournée vers l’avenir telle que je la conçois » se félicite le maire. En l’espace de quelques années, les usines ont été remplacées par des bâtiments résidentiels et de nombreux immeubles de bureaux. « Quand je suis arrivé, la ville était entièrement couverte d’usines, il n’y avait aucun espace nu, aujourd’hui, il y a des immeubles de logements et de bureaux de cinq à dix étages pour dégager des espaces verts, représentant 10 % de la superficie communale, et des espaces libres, ainsi que des parkings souterrains », poursuit le premier élu.

Défaite aux élections et déboires judiciaires

En 1995, comme son ami Nicolas Sarkozy, Patrick Balkany apporte son soutien à Edouard Balladur pour les élections présidentielles. Un soutien qui engendre sa défaite aux élections municipales de 1995, Patrick Balkany est battu par le chiraquien, Olivier De Chazeaux. Cette défaite sonne le glas pour Patrick Balkany qui perd son poste de député et connait ses premiers déboires judiciaires. En 1996, il est condamné à de la prison avec sursis pour « prise illégale d’intérêts ». Il s’exile quelque temps à Saint-Martin, pour mieux préparer son retour.

Retour en politique

En 2001, il fait effectivement son retour en politique à Levallois-Perret pour les élections municipales. Sans étiquette, il remporte le scrutin et récupère son fauteuil de député l’année suivante. Depuis 2001, Balkany est titulaire du poste de maire de Levallois-Perret. Il continue le travail qu’il avait entrepris dans cette ville : continuer à la transformation de la ville, attirer les entreprises,etc. Les nombreux travaux réalisés augmentent les dépenses. En effet, il est établi que Levallois-Perret serait la ville la plus endettée de France, derrière Paris et Marseille, avec une dette de 8 344 Euros par habitants en 2013.

Actuellement, le maire de Levallois-Perret est davantage connu pour ses nombreuses affaires judiciaires. Plusieurs médias considèrent qu’il est un symbole de clientélisme, et nul ne sait s’il sera encore maire Levallois-Perret très longtemps.