Nick Conrad choque avec son nouveau titre « doux pays »

325
0
SHARE

Nick Conrad rappeur qui a défrayé la chronique pour avoir chanté « pendez les blancs », reviens avec un titre qui s’intitule « doux pays » où il rappe  : « j’ai baisé la France, j’ai brûlé la France ». Les députés de droites et d’extrêmes droites condamnent les propos de l’artiste sur les réseaux sociaux. Apparemment, le rappeur a compris  la recette du buzz :  des paroles choques, et laisser ses détracteurs se charger de sa communication. 

Après « Pendez les blancs », « j’ai baissé la France » 

Alors qu’il a été condamné en avril dernier à 5 000 euros avec sursis pour son titre « pendez les blancs », Nick Conrad revient avec des nouvelles paroles encore plus choque. L’artiste a sorti hier un clip intitulé « doux pays », enchaînement d’insultes : « cet hexagone, j’l’encule sa grand-mère », « je baise la France, je brûle la France doux pays de mon enfance.. ». Un titre sans fond qui est basé uniquement sur la provocation. Il y a certes quelques références, mais on est bien loin des musiques de Sniper ou de Ministère Amer où il y avaient une véritable pensée derrière les paroles provocatrices. 

La droite s’occupe du service de communication

Nick Conrad choque par son texte cru et laisse ses détracteurs s’occuper du service de communication. Un bon filon. Après la sortie hier de son clip, les hommes politiques dénoncent aujourd’hui les paroles du rappeur. Sauf qu’en dénonçant ces paroles sur leurs comptes twitter, les journalistes vont s’emparer de cette affaire et l’artiste va faire un nouveau « buzz ». 

Capture d’écran tweets. François Xavier Bellamy

 

Capture d’écrans Nicolas Dupont Aignan.

L’artiste méconnu va de nouveau faire parler de lui, alors qu’il est un personnage anodin dans le paysage du rap français. Pour preuve, au moment d’écrire cet article, la vidéo cumule 9 000 vues. Et à la suite des nombreux articles sur ce clip, ce chiffre va tripler, voire quadrupler jusqu’au retrait de la vidéo à force d’avoir été signalée. Un « buzz »pour Nick Conrad mais un énième « bad buzz » pour le rap français qui va être associé à cette chanson. On attend avec impatience les tweets des hommes politiques devenus experts en musique et qui vont condamner le rap de tous les maux. 

Florent Jacono