Ali Dia, l’usurpateur

262
0
SHARE
Photo: Ray Wright / Offside.

Ce nom ne vous dit rien. Et c’est bien normal. Pourtant, en novembre 1996, ce footballeur amateur foulait une pelouse de Premier League, le plus haut niveau du football anglais. Le tout en parvenant à duper tout son monde pour s’offrir 53 minutes de jeu en professionnel. Une histoire qui lui vaudra le nom de « pire joueur de l’Histoire de la Premier League ». Mais alors, comment un joueur est parvenu à jouer un match de Premier League à 31 ans ?

Tout commence quand Graeme Souness, coach de Southampton reçoit un appel d’une personne se faisant passer pour l’attaquant du PSG, George Weah, et recommande à l’entraîneur anglais le nom d’Ali Dia en le présentant comme étant le cousin de George Weah, Ballon d’Or 1995.

Il s’agissait sans doute d’un simple canular. Mais le coach anglais y croit et ne prend même pas la peine de faire observer le joueur. Il lui fait signer un contrat d’un mois.  Lors du premier entraînement, Souness déclare : « il a joué au PSG avec George Weah ». Toutefois les joueurs de Southampton sentent rapidement la supercherie. L’attaquant du club Matt Le Tissier confesse au Guardian : « À l’époque je m’étais dit : il n’est pas très bon, il n’y arrivera pas ».

Alors que le joueur aurait dû être testé lors d’une rencontre amicale, le match fut annulé. Ali Dia échappe donc à ce test et est convoqué pour un match de Premier League face à Leeds. En effet, le club fait face à une cascade de blessures. « Nous étions en manque d’attaquants, nous n’avions personne d’autre » s’est justifié le staff de Souness. A la 32e minute, Matt Le Tissier se blesse, obligeant Graeme Souness à faire entrer en jeu Ali Dia face à Leeds. Il jouera 53 minutes, dont « une demi-heure sans toucher le ballon une seule fois » déclarera Souness un peu plus tard.

Une formidable escroquerie monumentale qui n’aura duré que le temps d’un match, le contrat du joueur étant rapidement rompu à l’amiable. Au moins, Ali Dia peut se vanter d’avoir joué un match de Premier League. Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde.