Niki Lauda, l’ordinateur

730
0
SHARE

Triple champion du monde de Formule 1, Niki Lauda est décédé ce lundi 20 mai 2019, à l’âge de 70 ans. Devenu entrepreneur et dirigeant sportif après sa retraite, il est considéré comme une légende du sport automobile. Retour sur le parcours de celui qu’on surnommait l’ordinateur. 

« Plus on frôle la mort, plus on se sent vivant » Rush (2013), Ron Howard

Début de carrière

Résultat de recherche d'images pour "niki lauda jeuneyoung"

Niki Lauda n’était sans doute pas destiné à embrasser une carrière sportive. Issu de la grande bourgeoisie de Vienne, sa famille espérait sans doute le voir évoluer dans la finance ou le droit. Mais face à la passion grandissante de Niki pour le sport automobile, il entre en conflit avec ses proches et décide de vivre de sa passion. Il enchaîne les petits métiers pour financer ses débuts et n’hésite pas à faire usage de son nom pour contracter plus facilement des prêts à la banque. C’est en 1971 qu’il fait ses premiers pas en Formule 1 avec l’écurie March. Il rejoint par la suite l’équipe BRM. Il finance lui-même ses débuts en Formule 1. Ses résultats ne sont pas bons et son avenir dans ce sport est plus que menacé. Mais pendant le Grand Prix de Monaco en 1973, il s’illustre en finissant 3ème. Un coup d’éclat suffisant pour taper dans l’œil d’Enzo Ferrari. Ce dernier à un coup de cœur pour le pilote autrichien. Désormais Lauda quitte son statut de pilote payant pour devenir un pilote payé. Le choix de Ferrari surprend le monde de la F1. En effet Niki Lauda est assez méconnu et est considéré comme laborieux. Sa première saison avec Ferrai est mitigée, il finit 4ème en 1974.

1er titre de champion du monde

La saison suivante, Ferrari orchestre un retour au premier plan sous l’impulsion de l’autrichien. Alliant vitesse et maitrise de la course, Lauda est surnommé l’ordinateur. Il survole la saison. Il comptabilise 9 pôles position sur 14 Grand Prix et en remporte 5.

L’accident de Nürburgring

En 1976, Lauda domine le championnat et semble parti pour décrocher un deuxième sacre consécutif. Mais lors du Grand Prix d’Allemagne les conditions météo ne sont pas bonnes et Lauda demande à reporter la course, estimant que les risques sont trop élevés. Les autres pilotes refusent et la course a bien lieu. Pendant cette dernière, après le changement des ses pneus pluie par des pneus slick, il perd le contrôle de sa monospace à 290 km/h. Il s’encastre contre les glissières de sécurité et est percuté par deux autres voitures lancées à pleine vitesse. Pendant le choc initial, le casque de Lauda est arraché et sa voiture s’embrase. D’autres pilotes tentent de le sortir de cet enfer de plus 800 degrés. Transféré à l’hôpital, il est gravement brulé au visage mais les médecins sont inquiets pour ses poumons. Lauda a respiré des vapeurs d’essence hautement toxique. Dans un état critique, un prêtre est appelé à son chevet pour prononcer ses derniers sacrements. Pourtant Lauda survit et est même au départ du Grand Prix d’Italie seulement 42 jours après son terrible accident. Lors du dernier Grand Prix de la saison au Japon, les conditions météo sont mauvaises et Lauda décide d’abandonner la course et laisse filer son rival James Hunt vers le titre. Ce dernier avait auparavant profité de l’absence de Lauda pour le rattraper au classement. Cet abandon divise. Certains y voient une force de caractère, d’autres estiment que Lauda est perdu pour le haut niveau.

Résultat de recherche d'images pour "niki lauda jeuneyoung"

Rivalité avec James Hunt

Pendant les années 1970, le britannique James Hunt et Niki Lauda entretenaient une rivalité sans borne. Etant les deux meilleurs pilotes du circuit, ils s’opposent en tout point. Lauda était mesuré et réfléchi, Hunt était un pilote casse-cou et trompe- la- mort. Hunt était un playboy, Lauda était un fidèle mari. Leur rivalité atteint son paroxysme lors de la saison 1976. Championnat gagné par Hunt cette année-là. Au-delà de leur caractère opposé un profond respect mutuelle animait les deux pilotes. Cette rivalité confirme le célèbre adage : « Les hommes sages apprennent davantage de leurs ennemis que de leurs amis ».

Résultat de recherche d'images pour "niki lauda james hunt"

Deuxième titre en 1977.

Relégué au second plan par Ferrari à l’aube de la saison 1977, Lauda fait taire les critiques en remportant le titre de champion. Cette saison est surtout marquée par le climat délétère qui règne au sein de la Scuderia Ferrari. Lauda quitte l’écurie italienne à la fin de la saison.

Première retraite et entrepreneuriat

Avec sa nouvelle écurie Brabham, il reste un pilote émérite mais ne remporte pas de titre de champion. En parallèle, il développe sa compagnie aérienne, Lauda Air. En 1979, il prend sa retraite et devient consultant pour la télévision.

Retour à la compétition.

Résultat de recherche d'images pour "niki lauda mclaren"

L’adrénaline de la compétition le rattrape et Lauda retourne sur les paddocks en 1982 avec l’écurie McLaren. Il sera sacré champion du monde en 1984. Plus performant, le français Alain Prost paye son irrégularité. En 1985, après une saison décevante, il prend définitivement sa retraite.

Reconversion

Résultat de recherche d'images pour "niki lauda director mclaren"

Après sa carrière, il devient consultant pour Ferrari pendant quelque temps, puis commente les courses pour la télévision allemande et autrichienne, tout en dirigeant sa compagnie aérienne.  En 2012, il devient président non-exécutif de Mercedes. Il joue un rôle actif dans le recrutement de Lewis Hamilton. Avec lui, Mercedes remporte 5 titres de champion du monde des constructeurs.

Maladie et décès

En août 2018, il est victime d’une infection pulmonaire. Jour après jour sa santé se dégrade, jusqu’à ce 20 mai 2019 où Niki Lauda succombe finalement dans un hôpital de Zurich. Il est une légende de son sport et son parcours confirme que la volonté de gagner est bien plus puissante que la peur de la mort.