Il y 27 ans, l’assassinat du juge Giovanni Falcone

472
0
SHARE

C’était il y a 27 ans. Le 23 mai 1992, le juge Giovanni Falcone était tué dans l’explosion de sa voiture en Sicile. L’assassinat de ce magistrat symbole de la lutte anti-mafia agira comme un détonateur. Toute une société se réveille alors pour dire « non » à Cosa Nostra. À Palerme, ce funeste jour est encore dans toutes les mémoires.

Un jour terrible

Résultat de recherche d'images pour "giovanni falcone mort"

Chaque Palermitain se souvient où il se trouvait ce jour-là : le 23 mai 1992. Un détonateur est actionné de la colline qui surplombe l’autoroute à la sortie de l’aéroport de Palerme. La voiture du juge Falcone est pulvérisée par une demi-tonne d’explosifs. Sa femme et ses gardes du corps périssent.

Cet assassinat spectaculaire a marqué les esprits et déclenché une mobilisation contre Cosa Nostra, qui a disposé de complices au sommet de l’Etat italien.

Aujourd’hui subsistent des outils que le juriste Falcone avait mis en place et grâce auxquels il avait pu faire condamner des centaines de mafieux dans un maxi procès en 1986, comme le délit d’association mafieuse ou encore le rôle central du repenti, qui permet de faire tomber des réseaux entiers.

Une vie vouée à la justice

Devenu magistrat en 1964, il débute sa carrière en tant que magistrat instructeur spécialisé dans les liquidations judiciaires avant de s’orienter vers le pénal. C’est en dépouillant d’obscurs dossiers financiers qu’il découvre le monde de la Cosa Nostra et qu’il affine ce qu’on appellera plus tard la « méthode Falcone ».

En 1979, après l’assassinat du juge Cesare Terranova , qui a mené sans succès un procès contre certains dirigeants mafieux dans lequel tous ont été acquittés, Falcone rentre alors au sein du « pool » antimafia du parquet de Palerme. Le juge Rocco Chinnici décide de créer une cellule composée de juges qui seraient spécialisés dans les enquêtes complexes liées à la mafia. Ce magistrat est assassiné dans un attentat à la voiture piégée le 29 juillet 1983 aux premières heures de la matinée, en plein centre de Palerme. C’est d’ailleurs la première fois que Cosa nostra utilise cette méthode pour atteindre un magistrat. Les deux carabiniers chargés de son escorte et le concierge de l’immeuble sont tués eux aussi. Le juge Rocco Chinnici est remplacé par le juge Antonino Caponnetto qui poursuit ce que son homologue a démarré et constitue formellement le « pool antimafia » qui devient rapidement extrêmement efficace.

Un procès dantesque

Le combat de Giovanni Falcone inclut l’incroyable procès qu’il a initié. Celui-ci comptait 475 accusés dont 119 en cavale. Il a été ouvert à la suite du témoignage clé de Tommaso Buscetta un repenti de la Cosa nostra. Le procès se conclut avec 360 condamnations dont 19 à perpétuité. Au total 2665 années de prison ont été requises.

« Le lâche meurt plusieurs fois par jour, l’homme courageux ne meurt qu’une fois. » Giovanni Falcone

Le procès a été mené sous très haute surveillance. Une salle spéciale a été créée pour l’occasion, elle était appelée la « salle d’audience-bunker ». Giovanni Falcone devient célèbre dans toute l’Italie et dans sa Sicile natale. Il est aussi l’homme à abattre pour chaque membre de la mafia. Pour assurer sa protection, un dispositif de sécurité est mis en place. Il se compose de 70 hommes.

Martyr de la justice

Résultat de recherche d'images pour "magnolia falcone"

L’assassinat de Giovanni Falcone choque la Sicile et toute l’Italie. Sa mort a pour effet de créer un vaste mouvement anti-mafia dans le pays. Certains siciliens sont même prêts à rompre l’Omerta (La loi du Silence). Depuis cette date du 23 mai 1992, de nombreux palermitains viennent se recueillir autour du magnolia devant sa maison. Ils lui adressent des lettres, des fleurs, des bijoux etc. Cet arbre devient un lieu de pèlerinage faisant du juge l’égal d’un saint ou d’un martyr. Face à une mafia de plus en plus violente, chaque assassinat perpétré par ces derniers est une occasion de raviver la mémoire du juge Falcone.