SHARE

Vous faites partie de ceux qui n’ont pas eu le temps ou l’envie de faire leurs courses en pleine journée ? Et bien faire ses courses en pleine nuit, c’est bientôt possible ! Examinée par le Sénat, la loi Pacte pourra bientôt permettre aux enseignes de distribution alimentaire, d’employer du personnel après 21 heures.

L’objectif ?

La semaine c’est le boulot. Après une bonne grosse journée de travail, il est vrai que la motivation pour faire ses courses, ne se fait pas ressentir. Surtout lorsque l’on quitte son bureau à 18 heures et que deux heures seulement nous sont consacrées. Se stresser encore, pour savoir quoi acheter dans un temps limité, ce n’est pas cela, de faire ses courses dans les règles de l’art.

Pour faire ses achats, il faut du temps, surtout lorsqu’il s’agit de sélectionner et acheter de quoi nous régaler les papilles. Alors vous me direz que le week-end est le moment idéal ! Oui, mais il faut savoir que le dimanche, la plupart des superettes sont ouvertes seulement dans la matinée, et le dimanche c’est le jour de repos, où la grasse matinée est déjà envisagée. Il nous reste donc le samedi, le fameux jour où vous vous retrouverez dans les rayons aussi serré que dans les lignes de métro parisiennes… Voilà pourquoi cela doit changer !

Un changement qui plaît sûrement déjà !

À Paris, si un tiers des achats alimentaires sont effectués dans la soirée, les habitants seront donc contents de faire leurs courses en pyjama. Combien de fois cela nous est déjà arrivé, d’être en manque d’un aliment et de vouloir aller l’acheter en pleine soirée ? Dans certaines grandes villes de France, c’est déjà le cas ! Seulement, les petits commerces et supérettes qui organisent ces ouvertures tardives, sont hors-la-loi. Il faut savoir, que travailler de nuit après 21h, est strictement impossible dans un commerce alimentaire.

En septembre dernier, le géant Monoprix avait été contraint par la justice de baisser les rideaux tous les soirs à 21H malgré son accord avec les syndicats… C’est pourquoi, l’article 8 du projet de la loi Pacte sur les entreprises, vise à clarifier la situation et faire en sorte que ce travail de nuit commence officiellement plus tard, pour que les commerces puissent ouvrir plus longtemps. Toutefois, ce changement, qui existait déjà pour les discothèques et le secteur de la presse, pourrait impacter plus de 42 000 salariés. À condition que des garanties, en terme de jour repos ou de rémunération, soient négociées avec les syndicats.

Lisa Herrera