10 anecdotes de foot

259
0
SHARE

Sport le plus populaire au monde, le football est rempli d’histoire assez cocasses. Voici 10 anecdotes de football. 

La barre transversale

Vous les connaissez, les fameux poteaux carrés de Glasgow lors de la finale des Verts de l’AS Saint-Etienne en 1976 face au Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions. Si ce match avait eu lieu un siècle plus tôt, la frappe de Bathenay aurait été validée. En effet jusqu’en 1882 et l’apparition de la barre transversale en compétition, il suffisait de taper entre les deux poteaux pour que le but soit comptabilisé.

Qualifié mais forfait

En 1950, l’Inde se qualifie pour la Coupe du Monde au Brésil. Pourtant, l’Inde va déclarer forfait pour la compétition. Le coût du voyage, trop onéreux, est justifié pour expliquer le refus de disputer une épreuve qui ne semblait pas très importante pour les Indiens, pays de Cricket de tradition. Toutefois, les Indiens ont également mis en avant qu’ils refusaient de disputer l’épreuve car ils avaient l’habitude de jouer pieds nus. La FIFA aurait alors indiqué qu’elle acceptait de prendre en charge une partie du voyage mais pas d’autoriser le jeu sans chaussures.

149-0

En 2002, une équipe malgache, mécontente du traitement arbitral infligé à son entraîneur, décide de fausser un résultat. Finalement, cela donne une défaite 149-0. Et surtout 149 buts contre leur camp des joueurs de l’Es Emryne offerts à leurs adversaires de l’AS Adema. Auparavant, le record de buts marqués contre son camp état détenu par Catane qui avait involontairement marqué quatre fois dans ses propres filets face à l’Inter Milan lors de la saison 1960-61.

Martin Palermo, le malheureux

L’attaquant argentin Martin Palermo est parvenu à entrer dans le Livre des Records un soir de juillet 1999. Face à la Colombie, l’attaquant vedette de Boca Juniors s’est illustré, mais pas de la meilleure des manières. En effet, par trois fois, une première dans l’histoire, Palermo va manquer ses penaltys. Triste soirée.

Les tirs au buts interminables

28 novembre 1996 à Ankara. A l’occasion d’un huitième de finale de Coupe de Turquie entre Gençlerbirligi et Galatasaray, on va assister à la séance de tirs au but la plus agaçante pour les gardiens. Après seize tirs au but réussis de chaque côté, soit 32 essais, Galatasaray craque et perd la finale.

« Tu peux me passer ton maillot ? »

Alors qu’il jouait au Cosmos de New York, le roi Pelé était pris d’assaut à la fin de chaque match par tous ses adversaires qui rêvaient de rentrer chez eux avec la tunique du Dieu Vivant du foot. Le club américain a même dû prendre une mesure inédite : promettre aux équipes adverses de distribuer 25 à 30 maillots de la star à chaque rencontre pour pouvoir quitter le stade tranquillement. Le premier échange de maillot date des années trente. Les français ravis d’avoir battu, enfin, les Anglais, avaient réclamé cet échange comme pour conserver le scalp de leurs rivaux.

Une mascotte un peu trop impliquée

Les cartons rouges ne sont pas uniquement destinés aux joueurs et entraîneurs. La mascotte de Macclesfield, Roary the Lion, a été expulsée pour des gestes inconvenants lors d’un match en 1998 contre Lincoln City. Mais c’est la mascotte du Bury FC, Robbie the Bobby qui détient le record d’expulsions dans une seule saison. Par trois fois, la mascotte a été renvoyé au vestiaire pour ses débordements.

Quand la pluie s’invite

Il pleut en Ecosse. Souvent. Et beaucoup. Assez pour empêcher la Coupe d’Ecosse de se dérouler normalement. Ce fut le cas en 1979 quand la rencontre entre Falkirk et Inverness a dû être reportée à 29 reprises à cause du mauvais temps.

Le plus beau jour de sa vie

Joueur du Red Bull Salzbourg, Jonathan Soriano est arrivé en retard pour la rencontre de son équipe face au Wolfsberger AC. En effet, Il avait obtenu l’autorisation d’aller assister à la naissance de son troisième enfant mais son club l’avait tout de même inscrit sur la feuille de match, au cas où il pourrait rentrer à temps… Ce fut le cas : revenu à la mi-temps, le papa entre en jeu et marque 3 buts en 45 minutes. Son équipe s’impose 6-2 et le joueur peut dédier son triplé à sa fille née ce 20 avril 2013.

 

« Monsieur l’arbitre, vous êtes en état d’arrestation »

En 1978, en Tanzanie, l’arbitre du match avait de bonnes raisons de ne pas siffler comme il le fallait. Il avait tellement fumé de marijuana avant la rencontre qu’il était à côté de la plaque et a même dû être arrêté sur la pelouse sans passer par la case contrôle antidopage.