SHARE
Extrait de I Robot, film de science-fiction où les robots se retournent contre les humains.

Une étude britannique prévoit que 20 millions d’emplois industriels pourraient disparaître et être remplacés par des robots d’ici 2030. Les emplois de manutentions seraient les plus concernés selon l’étude. Une transformation qui pourrait rapporter jusqu’à 5 milliards de dollars pour l’économie mondiale. 

Et si les robots prenaient le travail des humains ? Ce n’est pas un nouveau film de science-fiction, ni « I Robots 2 », mais l’étude du cabinet britannique d’Oxford Economics. Une évolution qui fait froid dans le dos, mais qui semble bien réelle pour ce centre de recherche. 

20 millions d’emplois industriels d’ici 2030 

Le cabinet d’étude Oxford Economics estime que le nombre de robots utilisés dans l’industrie est déjà de 2,25 millions. Ce chiffre devrait se multiplier pour atteindre 20 millions d’emplois remplacés d’ici 2030. Parmi ces remplacements, 14 millions concerneraient la Chine. La manutention serait la filière la plus touchée par cette évolution, 8,5 % de la manufacture dans le monde pourraient être impactée. Les robots ont déjà investi certains domaines, dans l’industrie automobile, 43% de la force de main-d’oeuvre est automatisée. Ainsi, le centre de recherche précise que les emplois à tâches répétitives sont amenés à disparaître contrairement à ceux nécessitant une certaine « compassion, créativité ou intelligence relationnelle ». Mais les secteurs des services, transports, administration ou encore l’hôtellerie-restauration sont également menacés, en raison du développement de l’intelligence artificielle et de l’avancée technologique.

Robotisation : la Franche-Comté risque d’être la région française la plus touchée

Cette évolution pourrait être bénéfique à l’économie mondiale selon l’étude. Les chercheurs évoquent, un profit de 5 milliards de dollars d’ici 2030. Cette tendance permettrait d’augmenter la productivité et la croissance. Oxford Economics n’est pas alarmiste,ils estiment que les emplois perdus seront recréés autrement. Cependant, on peut se demander comment ces emplois détruits seront remplacés ? Cette transformation risque d’accroître les inégalités comme l’indique CNNbusiness. Car comme le relève l’AFP, beaucoup d’experts s’accordent pour dire que si l’automatisation a permis plus de créations d’emplois que de destructions, cela a aussi créé une fracture entre emplois qualifiés et moins qualifiés. De plus, cette évolution contribuera à augmenter les inégalités géographiques et sociales. 

carte des régions françaises les plus impactées par la robotisation. © Le cabinet d’étude Oxford Economics

 

Comme l’indique l’étude, les régions françaises, comme la Franche-Comté, qui ont le plus d’entreprises de manufacture risquent d’être le plus impactées par ce bouleversement du travail. En revanche, les régions comme l’île de France ou encore Rhône Alpes proposent essentiellement du service et donc sont les moins vulnérables à ce changement ou elles se sont déjà adaptées à cette transformation. Un chamboulement, qui risque d’augmenter les déménagements économiques, la gentrification et la centralisation.