SHARE
Flickr/CC/Vaping360

Le 25 juin 2019, San Francisco, en Californie, est devenue la première grande ville américaine à interdire la vente des cigarettes électroniques. Cette décision a pour but de diminuer le vapotage chez les jeunes. L’ordonnance a été adoptée à l’unanimité par les membres du Conseil municipal. Elle entrera en vigueur début 2020.

La marque Juul dans la ligne de mire

Juul est le leader du marché de la cigarette électronique aux États-Unis. La marque est fortement critiquée par les autorités sanitaires. Accusé de laxisme face aux jeunes qui prisent ses produits, on lui reproche aussi de mettre beaucoup de nicotine dans ses e-cigarettes. « Nous avons déjà mis en œuvre les mesures les plus énergiques dans l’industrie pour empêcher nos produits de tomber dans les mains des mineurs et nous allons continuer », s’est défendu Juul dans un communiqué transmis à l’AFP.

Le succès de la marque s’explique par la forme de ses cigarettes électroniques qui sort de l’ordinaire et qui comprend une multitude de parfums. Ces dernières ressemblent à des clés USB, avec une dimension de 9 x 1,5 cm. Les ventes de Juul ont été multipliées par huit entre 2017 et 2018. Altria, le fabricant de Marlboro, a investi 12,8 milliards de dollars, fin 2018.

Selon l’entreprise, cette décision va empêcher les adultes fumeurs de pouvoirs utiliser ses produits. « Un marché noir » va être créé, « au lieu de réellement s’attaquer aux causes » du vapotage chez les jeunes.

De plus en plus utilisée chez les jeunes

La « hausse impressionnante » du vapotage chez les jeunes Américains a des « conséquences significatives sur la santé publique ». Alors que les lycées et les collèges font de la prévention contre le tabagisme depuis des années, la proportion de vapoteurs est passée de 1,5 % à 20,8 % chez les lycéens de 2011 à 2018. Les collégiens auraient été environ 5 % à vapoter en 2018.

 

Vapotage chez les lycéens américains (AFP/Archives – John SAEKI)

 

Les cigarettes électroniques ne contiennent pas toutes les substances cancérigènes des cigarettes traditionnelles. Cependant, l’exposition à la nicotine durant l’adolescence « peut endommager un cerveau en développement » et « aussi augmenter le risque d’une future dépendance à d’autres drogues ». Pour l’instant, des études sont en train d’être menées, pour savoir si les produits de la e-cigarettes ont des effets à long terme sur la santé.

Maintenant, pour être vendu à San Francisco, les cigarettes électroniques devront obtenir l’autorisation de l’agence sanitaire fédérale américaine (FDA). Cependant, cette dernière n’en a encore jamais approuvé.

Laura Girard