SHARE

Face à la réforme de Bac, certains professeurs menacent de ne pas rendre les copies en temps et en heure. Ce mercredi 3 juin, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer était l’invité de BFM TV et a tenté de rassurer les lycéens. 

Les résultats du baccalauréat 2019 devraient être connus vendredi 5 juin 2019 dans la matinée. Pourtant, cette année une partie des correcteurs menacent de ne pas rendre les copies en temps et en heure. La raison de ce blocage est principalement une protestation face à la réforme du baccalauréat mais aussi la réclamation d’une augmentation de salaire. 

Un professeur d’histoire-géographie qui fait partie de ceux qui retiennent les copies explique cela comme : « action radicale qu’on a pas pris à la légère ». Il ajoute que c’est une décision qui a été « dure à prendre » mais désire montrer sa: « détresse ». 

Le ministre rassurant 

Invité de Ruth El Krief sur bfm tv, le ministre de l’Éducation nationale a tenu à rassurer les lycéens et leurs familles: « vendredi, les élèves auront leurs résultats comme prévu ». Il évoque notamment l’impossibilité du report des résultats à cause des oraux de rattrapage qui débuteront lundi 8 juin 2019. 

Des sanctions pour les professeurs qui bloquent les copies

Le ministre a confirmé que des retenues seraient faites sur les salaires des professeurs qui n’ont pas rendu les copies. Un mesure qui devrait être efficace selon le gouvernement. Ne pas rendre les copies sera considéré comme une grève a expliqué monsieur Blanquer. Le nombre de jours décomptés correspondra au nombre de jours où le correcteur aura eu la copie entre les mains. Le salaire accordé par copie corrigée ne sera pas non plus attribué aux concernés de ce blocus. 

Et si tout le monde n’avait pas ses notes?

Pour le ministre: « la situation doit rester sereine mais certains tentent de la rendre chaude ». Il estime de son devoir de garantir le bon déroulement des épreuves ainsi que la remise des notes. Ce dernier se dit confiant mais a tout de même un plan de secours. 

Si les notes ne sont pas rendues à temps, l’élève obtiendra sa note de contrôle continu. Si celle obtenue à l’examen est meilleure, elle deviendra alors officielle. Au cas où la copie ne revient jamais, c’est la note de contrôle continu qui sera définitive. 

Une minorité qui bloque le système 

Le ministre expliquait sur le plateau de BFM TV que rendre les copies à l’heure faisait partie de la « conscience du service public ». Les correcteurs ont jusqu’à demain matin, jeudi 4 juin 2019 pour rendre les copies. Les menaces de sanction ont fait que beaucoup de copies sont revenues. Cependant, lorsqu’il a été interviewé il en manquait encore plusieurs dizaines de milliers. Le ministre a tenu à rappeler que sur les 175 000  correcteurs du baccalauréat, seulement 2000 retiennent des copies. 

« Ceux qui sabotent le travaille des autres n’ont pas l’honneur au métier de prof »

Le ministre est confiant: « les choses rentreront dans l’ordre dès demain ». Il a tenu à: « remercier ceux qui font leur travail. Ce n’est pas parce que l’on n’écoute pas ceux qui crient pas qu’il faut les oublier ».

Elodie CHALANDRE