SHARE

la capitale servira-t-elle de ville test en vue de la légalisation du cannabis récréatif ? C’est la principale interrogation qui sera mise sur la table lors du conseil de Paris qui aura lieu du 8 au 11 juillet 2019. 

Le sujet est soutenu par le groupe radical de gauche, centre et indépendants ( RGCI ). Ils voudraient : « faire de Paris un territoire d’expérimentation de la légalisation du cannabis récréatif pour les personnes majeures en veillant à son encadrement strict ». La légalisation du cannabis aurait, d’après eux, des effets positifs. Tels que la lutte contre le crime organisé, la restriction d’accès aux plus jeunes ou encore le développement d’une nouvelle économie. La France est à la traine par rapport à ses pays voisins, alors qu’elle est l’une des plus grandes consommatrices de cannabis. D’après Laurence Goldgrab, conseillère PRG du IIIe arrondissement et présidente du groupe RGCI, ce retard entraine «  50 ans de répression inefficace et coûteuse ».  

D’autres ne partagent pas le même avis. Alors que la consommation explose chez les mineurs, Geoffroy Boulard, maire LR du XVIIe arrondissement, s’exprime : « C’est un très mauvais signal envoyé aux jeunes car la drogue fait des ravages chez les adolescents ». Même si la mesure est votée lors de la réunion de tous les maires des arrondissements de Paris, il faudra attendre une décision de la part du gouvernement avant que le cannabis soit légalisé dans la capitale.