SHARE

On ne parle que de ça sur les réseaux sociaux. L’envahissement de la zone 51, prévu pour le 20 septembre 2019 et organisé grâce à un événement Facebook. 

En effet, plus d’un million de personnes veulent participer à l’intrusion de la zone 51. Une base militaire ultra secrète et sécurisée. Elle mesure environ 155 km et se localise en plein milieu du désert du Nevada. L’existence de la base a été dévoilée en 2013, alors qu’elle existait depuis 1950. La base militaire est l’objet de nombreux fantasmes, notamment extraterrestres. En effet, plusieurs témoignages ont été donnés concernant des objets volants non identifiés aux alentours de la zone 51. 

L’événement est parti d’une blague

À la base, le projet n’était qu’une simple blague. Les organisateurs de la page Facebook se sont d’ailleurs félicité de leur plaisanterie puisqu’elle a attiré plus de 500 000 personnes en seulement deux jours. Les créateurs de la page : « prenons d’assaut la Zone 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter » ont même profité de leur notoriété en ouvrant une marque de tee-shirt à l’effigie des ovnis.

L’armée réagit

Mais le groupe n’attire pas que des blagueurs. Des annonces de covoiturage ou des recherches de logement à proximité de la zone apparaissent sur la page Facebook. C’est pourquoi les autorités américaines ont été poussées à réagir. Laura McAndrews, porte-parole de l’armée de l’air, a pris la parole. Elle n’a pas donné d’indication concernant les mesures de sécurité qui seront prises si certaines personnes introduisaient la base militaire. Mais elle a donné un avertissement : « Nous découragerons toute personne qui tenterait d’entrer dans la zone où les forces aériennes américaines s’entraînent (…) l’armée se tient toujours prête à protéger les intérêts américains ».

Une vraie prise de risque

Les avertissements ne sont pas vraiment à prendre à la légère puisque la base est surveillée sur plus de 40 km. Un panneau autour de la zone indique que les militaires sont autorisés à utiliser leurs armes pour protéger les lieux. Dernièrement, un homme aurait été abattu pour avoir parcouru plus de 13 km à l’intérieur de la zone.