SHARE

La France compterait d’après l’INSEE 8,8 millions de personnes en situation de pauvreté. Cette qualification concerne la population vivant sous le seuil de pauvreté français qui s’élève à 1026 euros. Ce revenu est calculé selon l’INSEE et correspond à 60 % du niveau de vie médiane de la population qui en 2016 était de 1710 euros.

Les derniers chiffres de l’INSEE remontent à l’année 2016. Le taux de pauvreté était alors de 14 %. Il avait baissé de 0,2 % par rapport à l’année 2015. Selon des études, cette légère baisse viendrait de la mise en place de la prime d’activité. La situation semble tout de même s’améliorer avec le temps. Elle est passée de 17,9 % en 1970 à 12,8 % en 2004 grâce à l’amélioration de la situation des personnes âgées.

Une nouvelle crise dans les années 2000

Depuis les années 2000 la situation a encore chuté à cause de l’évolution du nombre de famille monoparentales à faibles revenus. Même si le pourcentage n’a que peu augmenté. Plus d’un million de nouveaux pauvres sont apparus entre 2005 et 2015. Avec les données de l’Eurostat ( l’office statistique de l’Union européenne ) nous avons pu remarquer qu’en 2015, la France avait l’un des taux de pauvreté les plus bas. À 13,6 % elle était quatrième juste derrière le Danemark et la Finlande. Mais elle dépassait largement l’Espagne, la Grèce et l’Italie.

Qui est touché ?

La pauvreté touche une partie de la population bien ciblée, notamment les familles monoparentales. Selon l’INSEE 35 % d’entre elles sont en situation de pauvreté. Les chômeurs sont également très impacté par le phénomène. En 2016 cela concernait 38,3 % d’entre eux. Les enfants et les adolescents, eux, correspondent à un tiers, soit 1,8 million de personnes.  Les étudiants sont de plus en plus en difficulté ( le chiffre atteint 31,1%%).  La cause ? La hausse des loyers, de l’alimentation, ou encore des frais de scolarité. Même si des aides existes, 8 étudiants sur 10 ne les perçoivent pas. Les personnes indépendantes sont aussi désavantagées. Par exemple les agriculteurs, les commerçants, les artisans ou les chef d’entreprise, sont beaucoup plus touchés par la pauvreté. Ils représentent 23% contre 18,4% pour une personne salariée. Quant aux retraités ils ont un niveau plutôt faible ( 7,4 %). 

une étude menée en début septembre par le ministère de la santé, nous fais prendre conscience de la situation de pauvreté en France. Cette étude révèle que 4,15 millions de personnes bénéficies des minima sociaux. Sans ces aides sociales le taux de pauvreté s’élèveraient facilement à 22% au lieu de 14%.