SHARE

Après le démarrage en trombe du concours Top Chef la semaine dernière, la tension est montée d’un cran avec ce deuxième opus. Fashioncooker, alias Anne Walther, nous résume l’épreuve.

La Rochelle, première étape du concours

Le concours ouvre sur le port de La Rochelle, où se déroule la première épreuve, sur les terres du chef Christopher Coutanceau. Ce chef, qui se définit comme «  cuisinier pêcheur » vient de décrocher sa troisième étoile au Guide Michelin 2020. Lauréat du prix de la gastronomie durable en 2019, il impose aux candidats de cuisiner le poisson de la tête à la queue ! Martin et Gratien (brigade du chef Etchebest), Mallory et Jean-Philippe (brigade Darroze), Mory et Gianmarco (brigade Pairet) et enfin, Pauline et Jordan (brigade Sarran), sont au taquet. Sans oublier Justine, candidate sans chef, qui a choisi cette épreuve pour se qualifier. Les candidats ont 1h30 pour faire leur preuve et seules 2 assiettes seront distinguées.

«  Une fausse bonne idée peut anéantir un plat »

La brigade Etchebest s’est vue imposer la vieille et c’est dans un esprit d’entraide que concourent Martin et Gratien. Ce dernier, rappelons-le, est le seul non professionnel du concours et a remporté sa place grâce à Objectif Top Chef. Lorsqu’il se retrouve face à une arête récalcitrante, Martin vole à son secours sans hésiter. Les écailles seront travaillées en friture et le filet poêlé. Ils devront s’y reprendre à 2 fois, la poêle n’étant pas assez chaude, au grand dam de leur coach.

Dans l’équipe d’Hélène Darroze, Mallory et Jean-Philippe décident de travailler les arêtes du maquereau pour leur donner du croustillant et lient leur sauce avec le foie du poisson. Leur coach est confiante. Michel Sarran, de son côté, doit rappeler à son équipe que le pire ennemi dans ce concours est le temps. Et qu’il est la cause de bien des oublis… Funeste prédiction qui ne sera pas entendue, les 2 candidats s’acharnant sur les têtes de merlu qu’ils veulent rendre à tous prix comestibles. Et au moment du dressage, ils oublieront leur délicate chips de peau qui aurait pu faire la différence.

Quant à la brigade violette, elle choisit de rendre la street food gastronomique en cuisinant un fish and chips avec de la vive. Le chef Pairet juge utile de rappeler l’intitulé de l’épreuve à Mory et Gianmarco qui avaient oublié de travailler les têtes de leur poisson. Après avoir cherché comment incorporer les yeux, ils feront finalement une sauce avec les têtes entières, rappelés à l’ordre par leur coach : «  une fausse bonne idée peut anéantir un plat ». Apparemment, les yeux de poisson, ce n’est pas bon.

L’heure de la dégustation

Les candidats et leur chef respectif se retrouvent devant l’écran pour assister au moment tant redouté : la dégustation. Christopher Coutanceau appréciera les 4 assiettes, saluant le « sacré niveau »  des candidats. Mais il faut en choisir deux et ce sera celles de la brigade Darroze -dont il dira que c’est un plat que l’on pourrait retrouver à la carte de son restaurant- et Etchebest -dont il saluera la cuisson parfaite et le respect du produit- qui remporteront l’épreuve. Justine, qui a légèrement surcuit sa sardine, perturbée par les 4 chefs venus voir sa cuisine, s’en sort avec les honneurs mais devra affronter la dernière chance.

Concours «  à l’étouffée »

La deuxième épreuve de la soirée se déroule sous l’égide de Glenn Viel qui impose une cuisson à l’étouffée dans une croûte, avec 1h de temps. Attention, le chef veut de l’audace et de la fantaisie. Elément important, la croûte doit apporter du goût au produit ! A l’issue de l’épreuve, seule une assiette sera retenue pour continuer le concours.

Nastasia, épaulée par Michel Sarran, choisit l’argile pour cuire son bar. Adrien, lui, décide de cuisiner son pigeon dans une croûte de pain parfumée au pin. Et si son chef, Paul Pairet, le trouve aussi lunaire que génial (Guy Savoy le qualifie de diamant brut au style culinaire unique), sa nonchalance le stresse un peu. Philippe Etchebest challenge son poulain Diego dont il trouve la recette de canard à l’apicius en croûte de miel trop classique. Quant à Hélène Darroze, elle manque d’étrangler David qui, ayant opté pour un dessert, a confondu le sucre et le gros sel. Ceci-dit, il n’est pas le premier en 11 ans d’existence du concours. Mais, pour un chef étoilé, Cheffe Darroze juge que cela est inacceptable.

Glenn Viel jugera notera un beau niveau, de la technique, de l’audace et de la pertinence. Et c’est Adrien et son « pingeon » qui remporte l’épreuve. Si Paul Pairet laisse exploser sa joie en faisant l’avion à travers la salle, le candidat reste d’un stoïcisme qui laisse ses adversaires, et son chef, pantois . Adversaires qui, eux, se dirigent vers la dernière chance pour y retrouver Justine, Jordan et Gianmarco. Avec une surprise de taille pour la jeune femme : si elle se qualifie, elle intégrera la brigade du candidat éliminé !

Dernière chance et nouvel espoir

C’est donc ultra-motivée et pleine d’espoir que Justine démarre l’épreuve. Le thème imposé est la betterave et, la règle du concours n’ayant pas changé sur ce point, la dégustation se fera à l’aveugle.

Jordan a choisi de marier le légume à du tabasco et si le chef Pairet précisera qu’ «  en Chine , ça passe », les autres jurés jugeront le plat un peu trop chargé en épice. Au contraire de David, qui a annoncé du Wasabi et qui, de l’avis des jurés, semble avoir eu la main trop légère. Diego a raté son visuel et n’a pas pris assez de risque tandis que l’assiette de Gianmarco déçoit par son manque de goût. Au contraire de Justine qui fera l’unanimité, ayant marié la racine avec du café : « une idée qu’on va lui piquer » ont annoncé tous les chefs. Plat coup de cœur, elle se qualifie d’emblée, suivie de Jordan, David et Diego.  Gianmarco est éliminé du concours, permettant à Justine de gagner la brigade de Paul Pairet.

C’est donc pourvue des manchettes violettes et d’un nouvel espoir que la jeune femme affrontera la prochaine semaine. Semaine qui sera placée sous le signe du sucre puisque l’invité sera Sébastien Vauxion qui cuisine le sucré de l’entrée au dessert.

A vos fourchettes !