SHARE

Les écrans ont mauvaise presse auprès des spécialistes de l’enfance, et sont prohibés pour les tout-petits. Mais voilà, à J+4 de confinement, difficile de faire l’impasse sur leur utilisation, si l’on tient à garder une atmosphère familiale respirable. Mieux que cela, bien utilisés, ils peuvent devenir de précieux alliés.

Les écrans, fenêtres sur le monde mais surtout sur nos proches

Difficile pour les enfants de ne plus voir les copains. Skype, FaceTime et autre logiciel permettent de se parler et surtout de se voir. Difficile pour un ado de se passer de sa tribu ! Lui supprimer son écran est un moyen sûr de le précipiter dans une dépression et de rendre la vie de famille insupportable.

Difficile également de se passer de sa famille ! Alors certains organisent des apéros virtuels avec Whereby, qui permet à tous de se connecter ensemble pour trinquer à la fin du confinement. A l’origine, Whereby (anciennement appear.in) est une solution collaborative qui permet de créer des vidéos conférences avec des collaborateurs dispersés un peut partout dans le monde. Mais détournée au profit de la famille, elle se révèle plus fiable et plus simple que Skype. Et c’est un bon moyen pour que grands-parents, oncles, tantes, cousins partagent un moment ensemble… avant les prochaines vacances, si le confinement n’est pas maintenu d’ici là.

L’écran, outil d’apprentissage

Si toutes les écoles, tous les lycées et collèges n’ont pas pu mettre en place du soutien scolaire en ligne, notamment avec des classes virtuelles, les Youtubers prennent le relai et distillent des pastilles éducatives. On trouve sur la plate-forme des pépites culturelles qui permettront aux enfants de ne pas complètement perdre pied. Et qui pourraient également instruire les parents.

Pour l’histoire, nous vous conseillons la chaîne de Nota Bene qui décortique l’histoire du monde avec humour dans des vidéos qui vont de 7 à 20 mn. On y trouve pêle-mêle des sujets allant des vikings à la ville de Rouen au XIXème siècle, en passant par le rétablissement de certaines réalités (non, tous les empereurs romains n’étaient pas fous). Il ne s’agit pas à proprement parler de cours d’histoire mais cela pourrait bien en donner le goût à vos enfants.

Pour des cours d’histoires plus approfondis, la série de Stéphane Bern « Secrets d’Histoire » a remis en ligne une dizaine des vidéos les plus appréciées des téléspectateurs. Un bon moyen de savoir qui était le roi soleil ou de découvrir la basilique Saint Denis (la nécropole des rois de France).

Un peu de maths et de philosophie en ligne

Le baccalauréat de philosophie arrive à grands pas. On ne sait pas encore ce que le gouvernement décidera de faire pour les épreuves. Mais pourquoi ne pas aider notre ado à s’y retrouver dans toutes ces notions ? Branchez-le sur Rap Philo et dansez avec lui devant l’écran en faisant le point sur Schoppenhauer et Nietzsche. Vous allez adorer. Quant à e-penser, son cours sur les identités remarquables (mathématiques) va en aider plus d’un. Et comme ce merveilleux pédagogue est fan de sciences, on en profitera pour laisser notre petit chéri s’initier aux trous noirs, à la relativité restreinte ou les 5 sens humains. Au passage, regardez sa vidéo sur le Covid-19, ça remet les idées en place.

Les écrans noirs de nos nuits blanches

Puisqu’on ne peut plus aller au cinéma, sautons sur l’occasion de faire découvrir de vieux films à nos enfants. Ceux qui ont bercé notre enfance ou notre adolescence. Ceux qu’on a partagé avec ses grands-parents et parents. Et de découvrir les leurs («  Minuscules » est une merveille). Canal + a eu la bonne idée de mettre en clair tous ses programmes. 7 films des studios Ghibli sont arrivés sur Netflix : les fans de Totoro et du Château dans le ciel vont se régaler ! N’oublions pas la VOD ou encore la plateforme FilmoTV qui, pour 6,99€/mois, propose un catalogue de 700 films qui vont de « J’accuse » à « La Ligne verte » mais propose aussi « le Guépard » ou « Les Diaboliques » de Clouzot. Pour les (grands) enfants, Disney lance le 24 mars sa propre plateforme de streaming Disney +. On y retrouvera les franchises Disney, Pixars, Marvel, Star Wars mais aussi des documentaires, des courts-métrages…

Sports, yoga et cuisine «  bien-être »

Il faut bouger, nous disent les médecins. Alors bougeons ! On trouve sur Instagram et YouTube des séances en ligne, filmées par des coach sportifs et de yoga. Ou des amateurs de sports qui partagent leurs exercices. A voir, pour rire et se gainer : Sonia Sélaire et ses stories à la une (dans l’onglet «  bouge ton c.. ») sur Instagram. Ça rigole mais ça bosse dur ! Mais aussi Julie Pujols-Benoît qui vend une « box confinement » à télécharger sur son ordinateur. Son programme (intense) mélange renforcement musculaire, cardio et stretching (12€). Le coach Thibault Geoffray propose sur son compte Instagram des recettes « bien-être » qui permettent pour garder la ligne. Et comme on est tous coincés à la maison, on fait ses exercices avec ses enfants et on les met en cuisine. A vos écrans, partez !

Loisirs créatifs

Les réseaux sociaux sont une mine pour les loisirs créatifs. Nos écrans se font tutos et quoi de plus gratifiant que de réaliser de ses propres mains les jolies choses que l’on voit sur Pinterest, YouTube ou Instagram ?

La reine de la pâte polymère s’appelle Madame Patachou et vos enfants vont adorer réaliser ses créations. Pour le matériel, si la chaîne de magasins Cultura vient d’annoncer qu’elle fermait son service de commandes en ligne, La Petite épicerie se fera un plaisir de vous livrer ce dont vous avez besoin pour occuper les chérubins. Et comme il n’y a pas d’âge pour créer, il se pourrait que vous vous preniez au jeu. Perles Corner vous invite à créer vos bijoux avec des tutos très simples aux résultats bluffants.

Maîtriser les écrans en période de confinement

Ordinateurs, tablettes et smartphones deviennent de précieux alliés pour passer cette période inédite qu’est le confinement. S’ils sont des vecteurs de liens sociaux et de divertissement, il faut apprendre à s’en servir et fixer les limites d’utilisation. Pour les petits mais aussi pour les grands. L’écran doit être un moment de partage, et non plus un outil d’isolement. Et si son temps d’utilisation peut être allongé, il est nécessaire de garder des règles comme « pas d’écran pendant les repas ni dans les chambres pour les plus jeunes ». Pour continuer à échanger, se parler, partager. Et que soit respectés les temps de sommeil et de jeux hors écran.