SHARE

D’un dessert sans sucre ajouté à un bœuf Wagyu en cru et en cuit, et une épreuve de la dernière chance inédite, les cuisiniers vont être bousculés et déstabilisés. Cette sixième semaine de Top Chef s’est encore illustrée par toujours plus d’audace, de rebondissements et de surprises.

La gourmandise sans sucre ajouté

Si la première épreuve de la troisième semaine de compétition avait pour thème le sucre de l’entrée au dessert, c’est sur une épreuve 100% sans sucre ajouté que s’ouvre cette nouvelle semaine du concours. Michael Bartocetti, talentueux et créatif jeune Chef du George V, bouscule la cuisine des grands palaces et casse les codes de la pâtisserie classique. Epris de goût et passionné du produit de saison, il s’inspire de la nature pour créer ses desserts. Il attend donc des candidats un dessert gourmand préparé en 2h00 , sans aucun sucre, pas même du chocolat. Ils seront d’abord jugés au visuel de l’assiette. Pas de dégustation si ça ne lui plaît pas ! En revanche les 2 assiettes qui auront séduit ses papilles permettront à leurs créateurs de se qualifier directement pour la 7ème semaine de compétition. Prêt ? Partez !

Etre carré avec de la rondeur, sans sucre

Le Chef Pairet associe Justine à Adrien. Ce duo a déjà fait ses preuves lors des semaines précédente et propose une Pina Colada revisitée en « Carotte coco colada ». Adrien impressionne Paul Pairet en ouvrant les noix de coco comme un véritable Robinson Crusoë. 

De son côté, Mory propose sa version d’un marbré aux bananes flambées. Ce disciple de Thierry Marx, avec ses cuissons innovantes et des goûts percutants, a été éduqué au « visuel palace ». Il est à l’aise sur cette épreuve. Peut-être un peu trop ? Paul Pairet le challenge pour qu’il ajoute un côté herbacé à sa recette. Mory opte pour de la pousse de stévia, au pouvoir sucrant bien supérieur au sucre, délicatement déposée sur ses rouleaux de marbré créant un visuel aussi abstrait qu’inattendu.

Les rouges d’Hélène Darroze décident d’emmener le Chef Bartocetti en Normandie avec une tarte aux pommes présentée comme un « rosier ». Et avec un sirop de cidre à la cannelle pour apporter le sucre nécessaire à la gourmandise. La Cheffe veut un visuel qui éblouisse tout le monde et Mallory, en charge de réaliser les roses de pommes, a la pression. Et lorsqu’elle voit l’assiette dressée, elle est très confiante. Cette assiette sentirait-elle la victoire ?

Gratien en souffrance, Nastasia seule contre tous

Chez les bleus, Philippe Etchebest a associé la cuisine relevée et décomplexée de Diego à la technique et la précision de Martin. Leur idée d’associer la courge au café plaît au Chef mais cela se complique lorsque Diego évoque une pana cotta à la menthe. Alerte de de leur coach : trop de mélange de saveurs tuent la saveur. Le duo se recentre sur son association courge/café et sort une assiette au dressage très contemporain. Un vrai dessert de cuisinier.

Le Chef Etchebest veut voir ce que Gratien a dans le ventre et son évolution depuis le début du concours. Il le met donc seul sur cette épreuve. Cet ancien comptable choisit de décliner la pomme sous plusieurs textures accompagnée d’une chantilly à la coriandre. Mais l’épreuve se révèle parsemée d’embûches et c’est fort peu convaincu par le résultat qu’il présente son assiette. 

Nastasia, seule rescapée de l’équipe de Michel Sarran, propose un dôme de panna cotta. Pour apporter du sucre, elle prépare un insert cœur coulant à la mangue. Mais son Chef son dessert cette fade en goût… Zen et combattante, elle rectifie les saveurs et place (enfin) sa panna cotta en cellule. Son coach, rassuré sur le côté gustatif, l’est un peu moins lorsque la panna cotta ressort de la cellule moelleuse. Peut-elle supporter le dressage ? Nastasia cache la misère en formant un Dahlia à l’aide de rosaces de carottes au sommet du dôme.

Sans sucre, ça c’est Palace !

Sans surprise, Michael Bartocetti écarte l’assiette de Gratien. Le visuel manque de glaçage et le dessert sans sucre de technique. 

Place à la dégustation ! L’assiette de Justine et Adrien recueillie des éloges, l’utilisation de la carotte pour un dessert sans sucre est malin, et un reproche : la pâte Filo colle aux dents. 

Le dessert de Mory, le dernier des Morycans (surnom trouvé par Philippe Etchebest) fait un carton plein : sa chips de banane associée à de la noix de Pécan caramélisée réjouissent le Chef.

Mallory et David tiennent leur promesse de voyage en Normandie, même si le Chef aurait aimé une quenelle supplémentaire de crème pour accompagner la dernière rose de pomme. 

Michael Bartocetti salue l’audace et la prise de risque de Diego et Martin avec leur association courge/café. Il est séduit par leur dessert de cuisinier plein de relief.

La panna cotta de Nastasia s’est tenue à carreaux. Et même si le Chef aime l’amertume du pamplemousse, il aurait aimé que la carotte soit plus travaillée au lieu de n’être que décorative. Mais reconnait que le défi du dessert sans sucre est relevé.

Au final, le « rosier de pommes » de David et Mallory et le dessert de courge au café de Diego et Martin emmènent leurs cuisiniers directement en 7ème semaine.

Le Japon à l’honneur

Pour la deuxième épreuve, les candidats se mettent à l’heure japonaise.  Le seul Chef-Eleveur de France, Christophe Hay leur fournit une viande d’exception en provenance directe de son cheptel : le bœuf Wagyu. Ces bœufs japonais y sont élevés en plein air et bichonnés grâce à des massages et de la musique de yoga.

Les cuisiniers ont 1h30 pour travailler le faux-filet en 2 façons : cuit et cru. Attention, il n’y a que 3 places à décrocher en 7ème semaine pour 5 candidats !

Gratien, évincé de la précédente épreuve, opte pour un bœuf carottes revisité. Il propose une association terre-mer en incorporant de l’huître dans ses deux assiettes. Mais au moment de la cuisson de son bœuf, il se brûle en attrapant la casserole de jus vin rouge/huîtres. Et se fait attraper par Philippe Etchebest. Et oui, un cuisinier expérimenté a toujours un torchon accroché à son tablier pour éviter ce genre d’accident.

Adrien, dont la compagne est japonaise, est dans son univers. Par conséquent, il décide de travailler son bœuf avec des saveurs et un mode de cuisson asiatiques.

Justine mise pour une association italo-japonaise, en ajoutant du pesto à ses deux assiettes, le lien de son plat. Paul Pairet qui trouve la cuisson du bœuf trop scolaire demande plus de gourmandise. Elle laque sa viande et opte pour une cuisson au barbecue.

Nastasia réalise une assiette « comme au Japon » mais se concentre un peu trop sur la cuisson de sa viande. Aurait-elle oublier la garniture ? Sur la remarque de Michel Sarran, elle ajoute du chou pak choi.

Mory ne semble pas dans son assiette. Il subit cette épreuve en passant à côté de ce produit d’exception. Il finit par présenter une assiette de bœuf fumé au foin accompagné de ses pommes de terre.

Murmurer à l’oreille du Bœuf Wagyu

L’heure de la dégustation a sonnée. Et si dans l’ensemble Christophe Hay salue le travail de tous les candidats, l’assiette de Nastasia se démarque et est le coup de cœur du Chef. Enfin une victoire pour Michel Sarran !!! La deuxième place de qualification revient à Gratien pour sa version iodée du bœuf-carottes. La troisième place va à Adrien et ce sont Justine et Mory qui doivent défendre leur place lors de l’épreuve de la dernière chance.

La bouchée de la dernière chance

Une épreuve inédite attend Justine et Mory. Les candidats ont 1h00 pour sublimer l’huître en une seule bouchée. C’est à Paul Pairet, seul juge (et avec les yeux bandés), que revient la lourde charge d’éliminer un de ses propres deux candidats.

Justine associe le bleu à son huître tandis que Mory, audacieux, propose une version sucrée à base de mangue et de concombre. 

La dégustation est déterminante et le Chef Pairet, doublement aveugle, est déstabilisé. C’est en préférant la première cuillère, celle de Mory, qu’il élimine la pétillante Justine. Elle quitte le concours sous les applaudissements et les regrets tant sa bonne humeur a marqué les esprits.

Qui peut battre Philippe Etchebest ?

La semaine prochaine sera celle de l’une des épreuves redoutées par les candidats mais préférées des téléspectateurs : qui peut battre Philippe Etchebest ? Le Chef MOF Gilles Goujon endossera la veste de coach pour la brigade bleue. Pour la deuxième épreuve, c’est une ancienne candidate et gagnante de la saison 2 qui sera de retour dans les cuisines du concours : Stéphanie Le Quellec, aujourd’hui doublement étoilée. Réputée pour sa rigueur, elle ne fera aucun cadeau. Ça promet !