SHARE

Entre battre Philippe Etchebest et reproduire à l’identique le plat signature d’une Cheffe deux étoiles et gagnante de la saison 2 du concours, le ton de cette septième semaine a été vite donné ! Résultat des courses ?

Battre Philippe Etchebest

Epreuve devenue incontournable et très attendue dans le concours culinaire, il est l’heure pour les 8 candidats d’affronter Philippe Etchebest, le coach au col tricolore. Ils vont devoir faire preuve de toujours plus d’audace afin de décrocher leur qualification pour la huitième semaine. Deux nouveautés lors de la dégustation : Hélène Darroze, Michel Sarran et Paul Pairet dégusteront séparément, et sans le savoir, l’assiette de Philippe Etchebest en plus de celles des candidats…  2 assiettes seront sélectionnées.

La tension monte lorsque Philippe Etchebest entre dans les cuisines tel un gladiateur prêt à en découdre avec ses adversaires. Il n’a pas l’intention de se laisser faire. En face, les brigades sont coachées par un seul chef, grand habitué du concours : col tricolore et 3 étoiles au compteur, le Chef Gilles Goujon, grand ami de Philippe Etchebest, entre en lice. 

Être le meilleur

Les candidats se précipitent vers le garde-manger à l’assaut des cucurbitacées (thème de l’épreuve) et sont motivés comme jamais. Même Adrien se met à courir ! Ils ont 1h30 pour battre le meilleur contre 45 minutes pour Philippe Etchebest.

Tandis que le Chef piaffe d’impatience, Mory et Adrien proposent une recette de tarte végétale de pastèque. Une recette qui plaît beaucoup au Chef Goujon.

Après 2 très belles victoires remportées ensemble, Martin et Gratien travaillent le concombre en déclinaison. Gilles Goujon trouve le choix du mono produit audacieux mais risqué : le plat doit avoir du goût ! Réaction immédiate des 2 candidats de Philippe Etchebest : ils rajoutent du peps à leur concombre grillé avec une farce gourmande relevé de citron Main de Bouddha et de cardamome. Les élèves vont-ils dépasser le maître ?

C’est d’ailleurs au tour de leur coach de se ruer dans le garde-manger. Il opte pour le cornichon frais avec un jus d’huîtres. Gilles Goujon vient le taquiner et tente quelque peu de le déstabiliser. Mais impossible de le déconcentrer : la machine Philippe Etchebest est lancée ! Son assiette séduira-t-elle ses pairs ?

Le goût, le goût, le goût !

Mallory et David (2 victoires consécutives au compteur) proposent une recette de Raïta. Comme cette recette emblématique venue d’Inde à base de concombre est très épicée, ils l’adoucissent et remplacent le fromage frais habituellement utilisé par de la crème fraîche. Mais cela reste fort en goût selon Gilles Goujon. Aussi réalisent-ils un caviar végétal avec l’eau du concombre et du cerfeuil pour compléter leur gelée et les tagliatelles de concombre.

Petit nouveau dans la brigade jaune, Diego vient épauler Nastasia, que Gilles Goujon est ravi de retrouver (elle était Cheffe de l’un de ses restaurant avant l’aventure Top Chef). Les candidats décident d’associer le melon et le concombre pour ne pas avoir à choisir entre les 2 curcubitacées. Ajouter du gingembre dans l’eau de concombre ou atténuer le sucré du melon avec des anchois et réaliser une anchoïade en condiment, voilà une recette qui plaît au Chef.

Dégustation : Philippe Etchebest sur le grill

L’assiette de Mory et Adrien passe en premier. Et même avec un homard qui se fait discret, peut-être un peu trop selon Paul Pairet, cette tarte végétale de pastèque séduit l’ensemble du jury. Et quelle bonne idée que ces pépins grillés !

C’est au tour de l’assiette de Martin et Gratien. Le duo a encore frappé très fort et les compliments, tant visuels que gustatifs, pleuvent. Le Chef Etchebest, qui se retrouve avec les candidats, est fier de sa brigade. Car, quitte à se faire battre, il préfère que ça soit par elle.

Et justement, c’est son assiette qui est maintenant présentée. Paul Pairet est absolument conquis par le visuel et l’intitulé. Il ne tarit pas d’éloges, qualifiant l’assiette comme étant « un plat magique et de haut vol ». Si bien que, de satisfaction,  Philippe Etchebest fait l’avion au milieu des candidats. Si Michel Sarran trouve le choix du cornichon frais culotté, Hélène Darroze est beaucoup plus acide dans ses commentaires. Le visuel n’est pas « sa tasse de thé ». Côté dégustation ça ne s’arrange pas ! Elle trouve que le curry qui assaisonne le tartare de cornichon déséquilibre quelque peu l’ensemble du plat. C’est un peu la douche froide pour le MOF.

L’assiette de Nastasia et Diego séduit visuellement les Chefs. Mais côté goût, Hélène Darroze a du mal à distinguer le concombre du melon. Tandis que Paul Pairet trouve que, malgré la belle maîtrise technique, la recette reste perfectible dans la balance des goûts. Michel Sarran, lui, est séduit.

La dégustation se termine par l’assiette de Mallory et David. Si le visuel passe, côté papilles c’est épicé. Un peu trop ? Ce n’est pas l’avis de la Cheffe Darroze qui trouve « que la puissance des épices titille le palais mais est apaisée par la fraîcheur du concombre ».

Dégustation et verdict : comme un goût de trahison ?

Michel Sarran, Hélène Darroze et Paul Pairet, qui ont dégusté les assiettes séparément, se retrouvent pour le verdict. Pour donner le change et que ses camarades ne se doutent de rien, Philippe Etchebest se placent avec eux jusqu’au moment de rendre le verdict… où il passe du côté des candidats. Surprise totale pour les 3 chefs ! Face à cette « trahison », ils espèrent bien qu’il finira dernier ! 

Les rouges, qui jusqu’ici avaient excellé, se retrouvent dernier. Les jaunes, prennent la quatrième place. Qui sera 3ème ? Les bleus et les violets sont soulagés en entendant le nom de Philippe Etchebest retentir. Adrien et Mory décroche la deuxième place et ce sont Martin et Gratien qui remportent l’épreuve et battent leur Chef. Tous les 4 sont donc qualifiés pour la 8ème semaine.

Dans la peau de Stéphanie Le Quellec

Pour la deuxième épreuve, les candidats ont rendez-vous dans les vestiaires. Après Gilles Goujon, c’est sous les regards admiratifs que la Cheffe Stéphanie Le Quellec fait son entrée. Sous les cloches argentées se trouve son plat signature : les rougets « cuits de peur », sucs de bouillabaisse. Les brigades ont 1h30 pour le reproduire à l’identique. L’assiette qui aura le visuel le moins convaincant ne sera pas dégustée et direction la dernière chance. Héléne Darroze et Michel Sarran assisteront à l’épreuve depuis les vestiaires.

La Cheffe sera intraitable sur la cuisson du rouget. Mais pas seulement ! Le laquage, le marbrage, le dressage et ses garnitures, sans oublier les arêtes à enlever et le collage des filets pour que le poisson ne s’écroule pas dans l’assiette… tout compte ! Calme et rigueur sont les maîtres mots de cette épreuve. Quelle pression…

Vous avez dit « cuits de peur » ?

« Cuire de peur », c’est cuire à haute température pendant une durée très courte. Mallory qui ne sait pas ce que veut dire l’expression part sur une cuisson basse-température. Malgré l’alerte de Stéphanie Le Quellec, il persiste. Au grand damne de sa Cheffe. 

Si David a compris la technique de cuisson, la Cheffe Le Quellec est dubitative quant à sa technique pour coller ses filets. Et elle l’apostrophe gentiment lorsqu’elle voit sa soupe de poisson qui est beaucoup trop « tomatée ». Il remet de l’eau dedans et c’est reparti pour une cuisson. Pas très académique tout ça et de quoi donner des frayeurs à Hélène Darroze. 

Nastasia démarre sur un sans-faute : les arêtes, le collage des filets et la technique de cuisson. Sa bouillabaisse et sa rouille sont parfaites. Elle est calme et avance bien dans sa recette, quand elle se rend compte qu’elle a totalement oublié ses rougets laissés au chaud…qui ont continué de cuire. Catastrophe ! Rattrapée par son stress, elle tente tant bien que mal de sauver son plat. En espérant que ça soit suffisant pour passer l’épreuve du visuel.

Diego choisis aussi la cuisson basse température. Il laque ses rougets pour terminer la cuisson et un peu à la va vite, n’ayant pas réussi à obtenir des indices de Stéphanie Le Quellec. Michel Sarran n’est pas du tout rassuré par le laquage qui ressemble plus à de l’enduit. 

La re-mouille de la victoire ?

La Cheffe Le Quellec a exigé une assiette nette et précise. Malgré ses pommes de terre cuites en dernière minute, c’est Mallory qui réussit en premier l’épreuve du visuel. David et Diego passent aussi. Malgré le mal qu’elle s’est donné, Nastasia voit son assiette écartée.

Quant à la dégustation, l’assiette de David est presque le coup de coeur de la Cheffe. Mallory et Diego ne passeront pas.

Michel Sarran désigne Nastasia qui ira défendre sa place en dernière chance, Mallory l’accompagne. Et donc Diego est qualifié pour la 8ème semaine.

Ne pas tomber dans les pommes

1h00 d’épreuve pour sublimer la pomme. Et une chance sur deux de rester dans le concours.

Mallory joue la sécurité. Il réalise une recette classique et associe une crêpe à sa pomme. Nastasia, avec une recette de « pomme comme au Japon », prend le risque de réaliser un plat salé.

Mallory a respecté les consignes de sa Cheffe et est allé à l’essentiel.  C’est propre et sans surprise. Nastasia a présenté une recette ambitieuse et audacieuse. Les chefs sont admiratifs par la quantité de travail fourni.

Mais à la dégustation, c’est l’assiette de Mallory qui l’emporte, jugée plus lisible. L’absence de prise de risque a été payante. Nastasia, félicitée par son Chef, quitte donc le concours sous les applaudissements de Philippe Etchebest, Hélène Darroze et Paul Pairet.

Mercredi prochain

Pour la première épreuve, les candidats auront la chance de rencontrer Jacques Maximin. Ce Chef de légende, MOF depuis plus de 40 ans, a révolutionné la gastronomie mondiale en étant le premier à réaliser des dressages graphiques à l’aide de cercles. Pour la deuxième épreuve, ce sont les Chefs Alan Taudon et Simone Zanoni qui mettront la créativité des candidats à rude épreuve. Et la dernière chance verra le retour de 3 candidats éliminés. Ils se verront offrir la chance de pouvoir réintégrer le concours. Attention, chaud devant !