SHARE

Un avion bombardier s’est écrasé vendredi 2 août lors d’une intervention sur les communes de Beauvoisin et Générac dans le Gard. Un deuxième incendie s’était déclaré quelques jours plus tôt, brûlant près de 500 hectares de forêts. 

C’est lors d’un deuxième et violent incendie qu’un pilote a perdu la vie hier dans le département du Gard. Le Tracker de la sécurité civile s’est écrasé près de l’incendie avec à son bord, un seul pilote. Un homme de 50 ans, ancien pilote de chasse et très expérimenté. Il avait rejoint la sécurité civile en 2008.  Alors que les pompiers luttaient depuis 13 h 00 pour retenir les flammes. Ils ont du contrôler dix départs de feu sur les communes de Montignargues, Vauvert, Générac et Beauvoisin. L’avion bombardier d’eau aurait perdu ses repères dans la fumée et aurait heurté la cime des arbres. Les pompiers ayant assisté à l’accident bénéficieront d’une cellule psychologique.

Un feu difficilement contrôlable

Le feu s’est approché dangereusement des habitations, mais n’a fait aucun dégât. Une vingtaine de maisons ont été évacuées. Les façades ont été un peu noircies, mais aucune d’entre elles n’a pris feu.  « C’est un nouveau coup dur, on est complètement dépassé. Il faut essayer de gérer au mieux mais c’est compliqué. Il y a du vent et il fait chaud. » Confie le Maire de Générac. Alors que les incendies de mardi dernier pourraient être criminels. Près de cent gendarmes enquêtent sur les conditions de ce nouveau départ de flammes.

Deux individus interpellés

Deux hommes ont été interpellés et mis en garde à vue aujourd’hui aux alentours de midi. Christophe Castaner avait déclaré : « deux personnes ont été interpellées et des éléments de l’enquête semblent laisser penser qu’elles peuvent être responsables ». Le procureur de la république de Nîmes a précisé que les deux individus avaient été relâchés.