SHARE

Pour commencer cette 9ème semaine, une épreuve de dernière chance avec « l’assiette de l’espoir » pour 3 anciens candidats qui se voient offrir l’occasion de revenir dans le concours. Et l’épreuve mythique et impressionnante de la « boîte noire » fait son grand retour. Je ne sais pas vous mais, perso, la conclusion de la dernière émission m’avait laissé sur ma faim. Alors, aventi !

9ème semaine, semaine de la résurrection

Justine, Nastasia et Jean-Philippe entrent dans les cuisines plus motivés que jamais. Face à Adrien, Mory et Gratien, ils ont 1h00 pour cuisiner la salade et récupérer leur place dans le concours si leur assiette bat celle des candidats encore en lice. Pas évident à mon sens, car je ne trouve pas, à l’inverse d’un Alain Passard , la salade toujours sexy. A la clé donc, 1 seule place à prendre pour un des anciens candidats, ou à perdre pour ceux qui sont encore là.

L’assiette de l’espoir

Justine, toujours pétillante et armée de son sourire (comme moi…), a choisi plusieurs variétés de salades. De la roquette, elle fera une gelée, de la laitue un velouté onctueux et gourmand et de la mâche, un coulis. Pour le croustillant, elle réalise une bruschetta. Justine « Balboa » est de retour, comme elle le dit. Malgré son enthousiasme à toute épreuve, son assiette me semble un peu trop simple.

Jean-Philippe, parti lors de la 3ème semaine, et un peu trop tôt selon Hélène Darroze, décide de jouer la carte de la tradition avec une recette classique de la gastronomie française : la ballotine de laitue braisée. Glacée au jus de veau, pour apporter de la gourmandise, elle est accompagnée d’une tombée de sucrine, d’une salade d’herbes et d’un velouté de laitue. Sa proposition me met l’eau à la bouche.

Nastasia, avec son sérieux bagage technique et dont le parcours prometteur s’est arrêté net il y a 2 semaines, choisit de réaliser une sucrine braisée accompagnée d’un condiment de cresson aux saveurs d’Asie. Elle récupère la chlorophylle du cresson pour en faire une sorte de pâte. Elle l’assouplit avec du mascarpone, ajoute de la cacahuète pour le croquant et lie le tout avec de la sauce Ponzu. Cette sauce japonaise à base d’agrumes doit contrebalancer le gras du mascarpone et apporter de la légèreté à son condiment. Son assiette me fait envie.

Un tiercé gagnant… ou pas

Gratien, seul amateur du concours, ne veut absolument pas décevoir Philippe Etchebest et opte pour la batavia. Il réalise un coulis rehaussé de ciboulette, d’ail et de citron. Auquel il rajoute de la crème liquide et des croûtons. Je trouve que son dressage ne met pas en valeur sa recette.

Adrien, dont l’objectif est d’être le meilleur et surtout d’aller chercher le coup de cœur des Chefs, met de la technique dans sa salade. Il réalise une sucrine rôtie fumée au pin accompagnée de son coulis de roquette. Entre l’amertume de la roquette et la puissance du pin, il doit veiller à un équilibre parfait des saveurs. Pour le croustillant, il ajoute une tuile de pain ou, comme le dirait Paul Pairet, une « craque ». Son plat, moi, me fait craquer.

Mory, qui a déjà vécu 4 épreuves de la dernière chance, recentre sa créativité sur un seul produit pour venir le décliner à 100% et l’éclater au maximum : la laitue. Il la réalise farcie de cœurs de laitue braisés avec du citron et d’un tartare de laitue hachée à crue. Il ajoute une feuille d’huître pour le coté iodé et une crème de laitue pour la douceur. Au finish, ce n’est pas sexy, mais on reconnaît Mory dans son assiette 100% produit.

Pour qui la veste blanche ?

Les Chefs ont 6 assiettes à déguster à l’aveugle, dans l’ordre : Gratien, Adrien, Mory, Nastasia, Jean-Philippe et Justine.

Verdict ? Une très belle épreuve. Les Chefs ont pris beaucoup de plaisir à déguster chaque assiette. Et ont eu un énorme coup de cœur à l’unanimité pour celle d’Adrien !

L’enjeu est donc de déterminer pour qui sont les 2ème et 3ème places restantes. Et ce sont Mory et Jean-Philippe, qui bat Gratien, qui restent dans le concours.

Une Boîte Noire d’anthologie

Mallory en rêvait, il y est. Et Diego est tout autant enthousiaste ! Mais Michel Sarran essaie de les canaliser car il sait à quel point cette épreuve est difficile.

Les organisateurs du concours n’ont pas fait les choses à moitié car c’est le Chef Pierre Gagnaire, 16 étoiles au compteur, qui a créé une assiette originale, spécialement pour cette épreuve. De quoi mettre toutes les papilles en éveil. « Trop sympa, fallait pas » s’en amuse Michel Sarran. Sa recette : « Assiette de tourteau, huître et foie gras, jus de betterave et crème de maïs ». Petite difficulté : un Priestley de Saint Jacques. Il s’agit d’un crémeux de Saint Jacques agrémenté d’un vin espagnol, l’Amontillado. Tout un poème !

Mais place à la compétition. Pierre Gagnaire assiste à l’épreuve depuis les vestiaires. Les brigades et les Chefs sont associés et doivent réaliser la recette ensemble. Brigade Etchebest/Pairet face à la brigade Darroze/Sarran. 2 candidats de chaque brigade recomposée ont 2 minutes pour deviner (dans le noir le plut total) le plat et commencer la réalisation. Après concertation avec leurs brigades, les Chefs entreront à leur tour pour confirmer/affiner les éléments de la recette précédemment découverts. Enfin 1 candidat de chaque brigade recomposée aura 20 secondes en pleine lumière pour analyser le dressage du plat et revenir vers ses coéquipiers. L’équipe qui aura réalisé l’assiette se rapprochant le plus de celle de Pierre Gagnaire sera qualifiée pour la 10ème semaine.

L’assiette du chef : une enquête culinaire

David et Diego sont les premiers à pénétrer dans cette boîte noire. Ils trouvent l’huître et le foie gras pochés, la pomme de terre, la betterave et le tourteau qu’ils ont pris pour du crabe. La chips d’oignon leur donne du fil à retordre puisqu’ils ne l’identifient pas. Ils passent complètement à côté de la crème de maïs et du Priestley de Saint Jacques.

C’est au tour d’Adrien et de Jean-Philippe d’affronter cette boîte noire. Ils trouvent la chips d’oignon, la betterave, l’huître, le foie gras, la pomme de terre, la salade. Dans le garde-manger, Adrien qui n’est sûr de rien, prend du rutabaga et de la Saint Jacques « au cas-où ».

Jean-Philippe explique le montage du plat. Martin prépare plusieurs versions d’une tuile d’oignon et de palets de pomme de terre, rutabaga et patate douce. Ce qui permettra aux Chefs d’affiner le choix après leur dégustation.

C’est au tour d’Hélène Darroze, qui n’aime pas le noir et est claustrophobe, et de Michel Sarran d’entrer dans la boîte noire. Ils trouvent la plupart des éléments. Pierre Gagnaire aurait dû se méfier de Michel Sarran ! Car il connaît bien sa cuisine et reconnaît le Priestley de Saint Jacques. En revanche, ils n’identifient pas non plus la chips d’oignon et passent eux aussi complètement à côté de la crème de maïs.

Philippe Etchebest, qui est expérimenté, guide Paul Pairet dans la boîte noire. Ils trouvent également la plupart des éléments, y compris la chips d’oignon. Mais Paul Pairet ruine le montage du plat avec ses « grosses mains » inexpérimentées.

La tension est à son maximum. Mory et Mallory guident leurs coéquipiers pour le dressage final. A mon avis, c’est l’assiette de l’équipe rouge & jaune qui va l’emporter.

Vamos pour la dégustation et le verdict !

Si l’équipe Darroze/Sarran est confiante, celle d’Etchebest/Pairet n’en mène pas large.

Satisfait du travail des 2 équipes, et même s’il trouve difficile de les départager, Pierre Gagnaire choisit l’assiette des rouge & jaune (Michel Sarran/Hèlène Darroze). Une belle victoire je trouve, et heureusement que les Chefs étaient là ! Un vrai travail d’équipe !

Et la semaine prochaine ?

David, Mallory et Diego sont qualifiés pour la 10ème semaine et assurés de conserver leurs places. Douche froide pour l’équipe de Philippe Etchebest et Paul Pairet. Martin, Jean-Philippe, Adrien et Mory vont s’affronter la semaine prochaine dans une épreuve hors norme imaginée par le Chef Alexandre Mazzia. Les candidats qui ne l’auront pas convaincu se retrouveront en épreuve de la dernière chance. Un bleu ou un violet quittera le concours. A mon avis, Jean-Philippe & Adrien peuvent encore surprendre ! A suivre…