SHARE

La semaine dernière David, Mallory et Diego ont survécu à l’épreuve de la boîte noire pensée par le légendaire Chef Pierre Gagnaire, et se sont donc qualifiés pour la 10ème semaine du concours… qui n’aura lieu que la semaine prochaine. Ce 9ème épisode du concours est donc une « demi semaine » pour permettre à Martin, Jean-Philippe, Adrien et Mory de se qualifier.

Qui n’aime pas le chocolat ?

A première vue, on entend souvent que 9 personnes sur 10 aiment le chocolat et que la 10ème ment. Et bien, pas vraiment… Philippe Etchebest va s’en rendre compte lors de la première épreuve dont le Chef Alexandre Mazzia est l’invité. Cet ancien basketteur professionnel reconverti dans la cuisine est un chef en vogue et atypique. Elu Chef de l’année en 2019, il a également obtenu deux étoiles au Guide Michelin en 2020 pour son restaurant « AM » à Marseille. Renommé pour sa créativité sans limite, il est un maître dans l’association de goûts aussi improbables que surprenants et percutants. C’est pourquoi les candidats ont 1h30 pour présenter au Chef Mazzia un plat salé avec du chocolat. Et naturellement, le candidat qui aura séduit le Chef sera directement qualifié pour la 10ème semaine.

Demi semaine en demi teinte

En premier lieu, Martin. Qui n’est pas inspiré et n’aime pas le chocolat. Ça commence bien ! Il a néanmoins décidé de se lâcher et propose au Chef Etchebest un voyage en Amérique du Sud avec la réalisation d’un « Mole au chocolat ». Cette sauce cuisinée avec des épices (prononcée Molé) vient directement du Mexique. Il accompagne ce « Mole » de gambas crues laquées avec le jus des têtes, d’un condiment citron vert, d’un avocat brûlé et d’une tuile au grué de cacao. Et sur les conseils de Philippe Etchebest, il ajoute du chocolat sur ses gambas et dans le jus de têtes. Au final, son coach prend une véritable claque tellement la sauce est puissante. Lui qui voulait que Martin mette sa technique au service de sa créativité et sorte enfin de sa zone de confort…le voilà servi ! Le dressage freestyle et lisible associé à cette recette caliente ne devrait pas manquer de séduire le Chef Mazzia à mon avis !

Pas de demi mesure avec le piment 

Mory, dont la créativité est sans limite, est ravi de cette épreuve et choisit de cuisiner le saumon avec une recette aux saveurs japonaises. Il le cuit au barbecue façon « mijoté-moderne ». Cette technique, qui a fait la renommée de Jean-François Piège, consiste à cuire en douceur un élément sur un lit de coques de noix ou encore de noyaux d’olives. Mais il est ici question de chocolat alors Mory opte pour du grué de cacao. Il laque son poisson avec une sauce Teriyaki au chocolat noir. Et réalise ensuite une chips au chocolat avec la peau du saumon puis un fumet au chocolat blanc/piment d’Espelette ainsi que des betteraves glacées au cacao. Il apporte du peps avec un Gomasio de sa composition fait d’un mélange sel/piment/grué de cacao (au lieu du traditionnel sésame/sel). Paul Pairet prend à son tour une claque quand il goûte le Gomasio, à l’instar de Philippe Etchebest avec Martin, qu’il avait pourtant charrié. Mory ajoute des framboises farcies au jus de basilic à sa recette afin d’obtenir un plat aux goûts équilibrés sur les conseils de son coach. Avec son dressage artistique et coloré, cette assiette plaît au Chef Paul Pairet . D’ailleurs, son saumon taquine mes papilles !

Une épreuve taillée pour la brigade violette

Il s’agit de la première épreuve en individuel pour Jean-Philippe, depuis son retour dans le concours. Et comme Martin, il n’aime pas le chocolat… Décidément, le sort semble s’acharner sur le Chef Etchebest. Ceci dit, connaissant le tempérament de ce dernier, on sait qu’il ne va pas lâcher son candidat d’une semelle. Ça promet !

Jean-Philippe propose une recette « blanche » avec une purée céleri/chocolat blanc rehaussée de fève tonka, des cylindres de céleri rôtis et glacés et une sauce chorizo/chocolat blanc. Cette recette paraît un peu trop sucrée et grasse pour Philippe Etchebest qui le met en garde. Jean-Philippe réagit et réalise une tuile au grué de cacao pour rétablir l’équilibre. Son dressage fin et linéaire ravit son coach.

Une aubergine audacieuse

Quant à Adrien, il se démarque définitivement depuis le début du concours avec des goûts osés, francs et marqués. Si bien que la cuisine du Chef Mazzia lui correspond totalement. Il décide de réaliser une recette à base d’aubergines. Tout d’abord, il fait frire la première accompagnée d’une gelée d’algues, d’un vinaigre de cacao, d’un jus de tête de gambas à la fève tonka, et de quelques touches de poudre de saté. Avec les autres, il confectionne un caviar « noir » twisté avec du chocolat noir, de l’encre de seiche, de la réglisse, de l’ail noir, le tout fumé à la feuille de combava. Le Chef Pairet trouve la recette d’Adrien intéressante mais complexe. Son candidat ne doit pas oublier que la star de l’assiette est le chocolat ! Adrien réagit en réalisant une plaque très fine de chocolat noir, marquée de cercles sur lesquels il dépose des œufs de harengs fumés et des baies roses. Ça me fait penser à des mendiants en version salée. J’adore l’idée ! Son assiette est graphique et épurée, elle donne envie.

Le diamant noir de l’espoir

C’est l’heure de la dégustation… Les assiettes de Jean-Philippe, Mory, Adrien et Martin affrontent le palais affuté d’Alexandre Mazzia.

Le Chef est séduit par les propositions des 4 candidats qui, selon lui, se sont dépassés et ont fait preuve de créativité. En conclusion, une belle dégustation au global mais une assiette se détache : celle d’Adrien, qui l’emporte haut la main. Le Chef ajoute même « ce serait trop prétentieux de dire qu’il y a des réserves ou des choses à améliorer sur ce plat ». Enorme compliment venant de ce Chef ! Adrien passe donc haut la main l’épreuve de cette demi semaine et peut continuer le concours.

Martin est également qualifié pour la 10ème semaine. Et donc Mory et Jean-Philippe, désigné à contrecœur par Philippe Etchebest, se retrouvent face à face pour la dernière chance. 

Pas de demi pression pour la dernière chance

Les candidats ont 1h00 pour sublimer les agrumes. Tout simplement ?

Mory réalise une sauce aux agrumes, gingembre et feuilles de kaffir (ou de combava), crème de zistes de pomelos chinois. Le ziste est la partie blanche entre la chair et le zeste et apporte de l’amertume. Il ajoute des couteaux assaisonnés d’un mélange agrumes/algues pour de la texture à son plat. Et en touche finale, une chips d’algues accompagnée d’une tranche fine de citron doux.

De son côté, Jean-Philippe opte pour une recette de marmelade d’agrumes. Il les cuisine à l’huile d’olive et au piment d’Espelette. Il apporte de la fraîcheur avec de l’ail noir, des fanes de fenouil et de la marjolaine ciselée. Un jus carottes/oranges et un condiment agrumes fumé au foin viennent compléter son plat. Il fait sauter des supions dans de l’huile d’olive et du piment d’Espelette. Il se décide à ajouter au dernier moment sa chips de citron vert, bien que cramée.

Une chips qui dérange

Si Hélène Darroze rencontre quelque difficultés avec la chips d’algues de Mory qui reste collée à son palais, Philippe Etchebest est quant à lui un peu dérangé par la chips cramée de citron vert de Jean-Philippe.

C’est donc très serré entre les candidats, qui ont, de l’avis des coachs, réalisé deux belles propositions. Et c’est Mory sort vainqueur de ce face à face. Jean-Philippe doit donc, à peine revenu dans le concours, le quitter de nouveau. Au grand regret de Philippe Etchebest.

« La Guerre des Restos » arrive

La semaine prochaine place à une épreuve emblématique du concours et attendue par les candidats : « La guerre des restos ». Avec une nouveauté de taille cette année puisque ce sera le célèbre critique gastronomique François-Régis Gaudry. Réputé pour être très pointu, il sera le seul juge à décider de l’ouverture ou non des établissements. Alors, quels restaurants ouvriront ou pas ? J’ai hâte de découvrir les propositions des candidats ! Vivement mercredi prochain !