SHARE

Comme chaque année, les candidats attendent avec impatience cette épreuve devenue aussi mythique que la boite noire : la Guerre des restos. Et pas seulement eux ! Car, si l’on en croit les derniers chiffres, cet épisode a séduit 3,68 millions de téléspectateurs. Alors, la « Guerre des Restos » a-t-elle tenu toutes ses promesses ? Autant le dire tout de suite, non. Absolument pas.

Nouvelles brigades

Suite à un tirage au sort, les brigades sont remaniées : Martin est avec Mory, Mallory avec Adrien et enfin Diego avec David. Les candidats ont 48h pour proposer des concepts de restaurants jamais vus, trouver le nom, s’occuper de la déco… sans oublier le menu ! Le tout doit donner envie à François-Régis Gaudry de pousser la porte de leur établissement. En effet, nouveauté de l’année, c’est ce célèbre critique gastronomique qui décidera de l’ouverture ou pas des restos proposés par les candidats. Ensuite, c’est accompagné de son équipe (de l’émission « TTB – Très Très Bon » sur Paris Première) qu’il dégustera les menus des restaurants sélectionnés. Avec les Chefs, évidemment. Et, pour les téléspectateurs qui ne l’auraient pas saisi, cette nouveauté été répétée images à l’appui de (trop) nombreuses fois. Au point d’en devenir un peu indigeste.

Restos du monde 

Heureusement, on retrouve un peu de légèreté avec les taquineries des candidats au moment du choix des restaurants. Avec un resto portugais, un autre libanais et un troisième italien, ils ont de quoi se projeter…ou pas ! Mais sans plus de suspens ni surprise, Mallory et Adrien choisissent le restaurant portugais. David, qui n’est pourtant pas emballé, finit par choisir avec Diego le restaurant libanais. Et Mory, qui n’a pas masqué son enthousiasme, annonce leur coup de cœur commun avec Martin pour l’italien. Un « Poker-Menteur » réussi, surtout auprès du jeune Mallory.

En cuisine, les différentes brigades seront épaulées par des candidats sortis du concours : Gratien, Justine et Gianmarco.

Des restos audacieux

Martin et Mory sont sur la même longueur d’ondes pour leur resto « Jungle Urbaine » post-apocalyptique et leur menu « Pêche-Chasse-Cueillette ». J’aime bien ce concept qui sort des sentiers battus !

Même bonne ambiance du côté de Mallory et Adrien. Avec leur « Friterie Moderne », ils créent, à partir d’un produit populaire, un menu gastronomique dans une ambiance 100% patates. J’adore l’idée. D’autant plus que les deux compères ont promis des pommes soufflées, dont la difficulté technique est bien connue dans ce concours. La barre est placée haut et Hélène Darroze et Michel Sarran mettent en garde leurs poulains : pommes soufflées annoncées, pommes soufflées il doit y avoir !

La température redescend et les tensions montent du côté de Diego et David. Alors qu’ils choisissent de faire le show avec un resto sous forme d’une galerie d’art contemporain, ils n’arrivent pas à se mettre d’accord, ni sur la déco ni sur certains éléments du menu. Alors show ou pas show ? Au final, je trouve leur « Food Gallery » un peu froide.

Une longue et pénible « Guerre des Restos »

Après avoir fait un long (très long) tour des 3 établissements, François-Régis Gaudry rend son verdict. La « Friterie Moderne » de Mallory et Adrien lui donne « carrément envie de se mettre une frite sous la dent ». Avec le côté retour à la nature, très tendance, le concept de « Jungle urbaine » proposé par Mory et Martin séduit le critique très pointu. Il l’est, d’ailleurs, lorsqu’il annonce à Diego et David qu’ils n’ouvriront pas leur « Food Gallery ». Et qu’il enfonce le clou en précisant « qu’il y a très peu de cuisiniers qui sont des artistes, le reste est des artisans ». Des mots durs à entendre mais qui prouve bien qu’une « Guerre des Restos » ne se gagne pas tout seul (n’est-ce pas Diego ?) et qu’à vouloir trop faire le show, ça peut retomber comme un soufflé.

Et d’ailleurs, les pommes de terre soufflées d’Adrien et Mallory, ça donne quoi ? Après un apéritif ludique avec des chips suspendues au plafond, l’entrée arrive et les pommes de terre soufflées sont bien là ! Et elles ont l’air délicieuses. Le reste du repas se déroule dans la bonne humeur et se termine sous les applaudissements de tout le monde. C’est un sans-faute !

C’est au tour de Mory d’accueillir les convives dans sa « Jungle urbaine post-apocalyptique ». Après une attente interminable de 20 minutes, l’entrée est enfin déposée sur les tables. Mais les avis sont mitigés lors de la dégustation. Puis le plat arrive rapidement. Trop, peut-être ? Car le canard n’est clairement pas cuit. Martin perd ses moyens et envoie le dessert à contrecœur. Cette assiette-cueillette n’adoucit malheureusement pas cette soirée décevante et amère pour tous les invités. Y compris les chefs. Quel dommage pour Mory et Martin !

La victoire des « 2B frites »

Cette année, le résultat est donc sans suspens et son annonce clôt une épreuve interminable à regarder. David et Diego, dont la « Food Gallery » n’a pas été sélectionnée, sont déjà en dernière chance. Et le cauchemar vécu par Mory et Martin se confirme à l’annonce du verdict : 15 coups de cœur pour « 140°, la friterie moderne ». 15 à 0… c’est un score sans appel, et du jamais vu dans le concours. Mory et Martin sont déçus et le mot est faible. Avant l’épreuve de la dernière chance, Philippe Etchebest prend à part Martin, au bord des larmes, et le remotive avec « non pas une dernière chance mais une nouvelle chance ».

Le Maïs explose en dernière chance

Car c’est une première dernière chance pour Martin. Et c’est dans cet esprit qu’il décide de se lâcher et se faire plaisir en proposant un maïs « Sweet corn ». Son assiette est gourmande, ça me plaît bien.

David, quant à lui, s’inspire de son voyage à Mexico et réalise une « fajitas ». Il espère réussir son pari de faire manger les Chefs avec les doigts. Même s’il y a beaucoup de travail engagé, je trouve que sa proposition manque d’audace et qu’il joue un peu la facilité pour un Chef étoilé.

De son côté, Diego donne tout avec un maïs en tempura, une sauce barbecue à l’ail noir (qu’on aura mis à toutes les sauces cette saison) et un guacamole. Sauf qu’il a oublié de prendre du citron pour réaliser ce dernier. Alors il se rattrape en mélangeant l’avocat avec du vinaigre de Xérès, du piment oiseau, du piment frais. Il adoucit un peu avec du maïs car ça arrache quand même !

Mory, avec son abonnement à l’épreuve de la dernière chance, joue cette fois la simplicité. Il réalise une recette 100% maïs : braisé, en crème, en jus et du popcorn épicé. Mais je trouve que son dressage ne fait pas envie. J’ai un peu peur que ce soit trop simpliste pour se qualifier. Pourvu que ça passe !

Coups de cœur et élimination

A la dégustation, les Chefs sont séduits par la proposition de David. C’est un peu plus mitigé pour l’assiette de Diego et celle de Mory. Enfin, celle de Martin plaît beaucoup.

En définitive, il y a deux coups de cœur pour le jury : les assiettes de David et Martin. Philippe Etchebest est réellement et très agréablement surpris par ce dernier. Mais c’est serré entre Diego et Mory. Hélas, la dernière chance aura eu raison de Mory, qui quitte définitivement le concours. Il est triste, le Chef Pairet l’est tout autant… et moi aussi.

En route pour les ¼ de finale

Diego, qui n’a pas arrêté de parler de sa mère tout au long de l’émission, a annoncé sans le savoir le thème de la première épreuve de la semaine prochaine. Car leurs proches vont les rejoindre dans les cuisines. Il ne va pas falloir se laisser déstabiliser pour proposer une version propre du Pithiviers, après avoir découvert celle d’Hélène Darroze au sein de son nouveau restaurant gastronomique. La 1ère place pour les ¼ de finale est en jeu !

Pour la deuxième épreuve, direction Menton pour rencontrer le talentueux et atypique Chef Mauro Colagreco. Son restaurant 3 étoiles a été élu meilleur restaurant du monde en 2019. Il faudra le séduire, avec à la clé une autre place pour les ¼ de finale.

Les deux dernières places restantes pour accéder ainsi au carré des ¼ de finale se joueront lors de l’ultime épreuve de la dernière chance. La tension monte !!!