SHARE

L’équipe de France de Rugby fera son entrée dans le mondial japonais demain à 9H15 (heure française) en affrontant l’Argentine à Tokyo. En crise depuis plusieurs années, les Bleus auront pour objectif de passer les phases de poules.

                                                                                                                                

Objectif : éviter l’humiliation !

 

Depuis le dernier mondial en 2015 durant lequel le XV de France s’était vu éliminé en quart de finale après une très lourde défaite face aux « All Blacks » néo-zélandais (62-13) on ne peut pas dire que les choses se sont améliorées pour les Bleus. Pire, on voit une équipe de France pour qui les victoires se font de plus en plus rares : seulement  14 victoires en 40 matchs.

L’objectif sera donc simple pour les bleus : se qualifier pour les quarts de finale, en terminant dans les deux premiers de leur groupe, pour ne pas devenir le premier XV de France de l’histoire à être éliminé dès les phases de poules d’une coupe du monde. Un objectif réalisable car si la première place semble être promise à l’Angleterre, l’équipe de France reste supérieure aux équipes des Etats-Unis et des Tonga.

 

L’Argentine en concurrent direct

 

Il devrait y avoir donc match avec « les Pumas » argentins pour la deuxième place. Un match qui aura lieu demain à 9H15 (heure française)  au Stade de Tokyo et qui sera donc déjà décisif dans la course à la qualification.

Pour ce duel le sélectionneur français Jacques Brunel aligne une équipe inédite notamment avec la titularisation du jeune toulousain Romain Ntamack en demi d’ouverture, poste auquel il a montré de belles choses avec les bleus notamment lors du dernier test-match face à l’Italie. Autre surprise le retour de Vrimi Vakatawa, appelé à la dernière minute pour palier le forfait de Geofrey Doumaryou. Celui qui au départ n’était même pas parmi les 37 joueurs convoqués par Jacques Brunel pour le mondial en juin va se retrouver dans le quinze titulaire au centre pour le match d’ouverture. Le joueur du Racing va donc pouvoir tenir la promesse qu’il avait faite à sa mère, décédée en début d’année.

« Quand elle est décédée, je suis rentré aux Fidji avec un maillot de l’équipe de France. Je l’ai posé sur son cercueil et j’ai dit à ma mère que je ferai tout pour revenir en équipe de France et jouer la Coupe du Monde. C’est ce qui m’a motivé jusqu’à maintenant »

Yassine Ben Amor