SHARE

Comme le dit Mallory avec beaucoup d’enthousiasme, cette semaine débutent les 1/4 de finale ! Et il a raison d’être dans cet état ! Car si la production nous avait annoncé un marathon de 6 épreuves, et bien il va falloir encore patienter pour connaître les noms des 3 demi-finalistes. Car oui mes foodistas, cette semaine, il n’y a eu que 2 épreuves ! Dont une au singulier goût de brûlé ! Et la barre est haute ! Avec en invités d’honneurs Eric Frechon (pour la première fois dans Top Chef), et Yannick Alléno (un habitué). Prêts ? 3, 2, 1, partez ! 

Qui fumera qui ?

Il y a 10 ans, Eric Frechon a osé à servir à ses clients et mettre à la carte du restaurant Epicure un poireau brûlé ! Oui, vous avez bien lu : brûlé. Et c’est donc sur ce thème que vont s’affronter Adrien, Martin, David et Mallory. Ils ont 1h30 pour présenter au Chef Frechon, et à lui seul, un plat dont l’élément principal doit être brûlé, et en avoir le bon goût. Quelle pression !

Tout d’abord, David. Il opte pour une recette classique, et revisite la fameuse soupe à l’oignon avec des notes fraîches et asiatiques. La Cheffe Darroze doit néanmoins le rappeler à l’ordre pour qu’il rajoute à son plat un goût de fumé. Sa coach est ravie du résultat. Ça sent la victoire à mon avis !

Un brûlé du feu de Dieu

Quant à Martin, il propose une recette populaire : le maquereau/pommes de terre. Mais avec un poisson brûlé au chalumeau et des pommes de terre au barbecue, fumées avec du thym. Si Philippe Etchebest trouve que l’association terre/mer est une bonne idée, il la trouve un peu trop simple. Il en faut plus ! Martin réagit avec un patate surprise. Une recette simple et efficace comme j’aime.

Du côté d’Adrien, en revanche, ça se complique. Surtout quand il tente d’expliquer à son Chef sa recette de sandwich merguez, moutarde et des gnocchis farcis aux moules. Même s’il nous a habitué à son génie créatif, ça part un peu dans tous les sens cette histoire. C’est ce que doit aussi penser Paul Pairet qui demande à Adrien de se recentrer sur une recette plus lisible. Ce sera donc une salade de choux de Bruxelles brûlés, agrémentée de chorizo et d’une huile au charbon. Au final, il sort une assiette très élégante qui me donne vraiment envie de déguster ce légume si mal-aimé.

Allumer le feu

Mallory, désormais coaché par Michel Sarran, est « chaud comme une baraque à frites ». Sa recette de céleri rave et de canard semble trop classique à son nouveau coach qui l’alerte sur l’absence de l’élément principal : le fameux brûlé ! Le jeune homme rectifie aussitôt et présente une assiette certes jolie mais qui risque malgré tout de ne pas retenir l’attention du Chef Frechon, je le crains.

Pour qui ça sent le brûlé ?

C’est une pluie de compliments et de louanges pour l’assiette de Martin ! Ce qui rend euphorique Philippe Etchebest.

Au contraire de l’assiette de Mallory qui, comme le craignait Michel Sarran, manque de brûlé. Pour une fois qu’on lui demandait de brûler un plat…

Adrien, de son côté, récolte les compliments d’Eric Frechon qui trouve son plat « délicat, moderne, très élégant, excellemment bon » ! Paul Pairet est aux anges.

Mais c’est David qui récolte tous les lauriers et qui a fait mouche auprès du Chef. Cette épreuve lui permet de remporter le premier pass de ce marathon.

Après le brûlé, la sauce

Qui a dit : « on peut juger la dextérité d’un cuisinier à la complexité de ses sauces ? »… je vous le donne en mille : Yannick Alléno. Ce Chef hors norme, reconnu virtuose de la cuisine française, a réinventé sa façon de cuisiner en commençant la construction de ses plats par la sauce. C’est donc le thème de cette deuxième épreuve. Les candidats ont 2h00 pour réaliser et présenter un plat accompagné d’une sauce qui doit être exceptionnelle et complexe. De plus, les coachs doivent quitter les cuisines et laisser leurs poulains aux seules mains de ce Chef hyper exigeant.

Envoyez la sauce !

Yannick Alléno leur a annoncé la couleur : il est là pour les pousser dans leurs retranchements. A David, qui lui explique sa recette de sauce lie-de-vin, il demande de le « faire monter aux arbres ». Il encourage Mallory à prendre des risques. Celui-ci, échaudé par l’épreuve précédente et désireux de faire impression auprès de ce Chef qu’il admire, se lâche en introduisant un beurre d’oursins dans son jus de boeuf. Du coup, Yannick Alléno décide de le challenger en lui demandant une deuxième sauce. « Pas de problème » lui répond le jeune homme, galvanisé. Mais c’est Adrien qui réussit à le surprendre avec un jus de carottes à la bisque d’oursins, une recette encore jamais vue par le célèbre Chef. Lui qui voulait de l’originalité… Le voilà qui arrive au poste de Martin, dont les sauces sont une des spécialités. Mais la recette qui lui est soumise manque d’acidité. Et Martin passe tellement de temps sur sa sauce qu’il en est réduit à présenter un dressage très simple. Trop ?

Dégustation et 2ème pass

Finalement, Martin a eu raison de se démener pour sa sauce : elle récolte de très bons compliments de la part de Yannick Alléno. En revanche, résultat mitigé pour David qui a compliqué encore les choses en laissant le Chef mélanger lui-même la sauce à la menthe à la sauce lie-de-vin. Comme le craignait Hélène Darroze, l’assemblage est déséquilibré. Un risque inutile, donc. Comme l’on s’y attendait, Adrien surprend le Chef et le séduit par son voyage gustatif. Quant à Mallory, il croule sous une pluie de compliments pour ses deux sauces. Et sans surprise, Yannick Alléno choisit de ne pas goûter le plat de David puisque sa sauce ne l’a pas convaincu. Impressionné par le niveau des candidats et rassuré sur l’avenir de la cuisine française, il lui faut néanmoins faire un choix qui semble bien difficile, tant les trois candidats l’ont conquis. Et c’est Mallory qui décroche le pass tant convoité ! Pour la plus grande joie de Michel Sarran et Hélène Darroze, qui tombent dans les bras l’un de l’autre. Le héros du jour tombe, lui, dans les bras du Chef Alléno, qu’il admire tant. « Chapeau l’artiste, bien mérité » l’encourage ce dernier.

La semaine prochaine, on monte d’un cran

Le deuxième round de ces quarts de finale marathoniens auront lieu mercredi prochain avec l’épreuve tant redoutée du trompe-l’œil. Sous le regard attentif du Chef 3 étoiles Christian Le Squer. La deuxième épreuve ne sera pas moins difficile puisqu’il faudra séduire un jury exceptionnel de 8 chefs cumulant jusqu’à 16 étoiles… Je ne sais pas vous mais moi, j’ai hâte !