SHARE

Ce mardi, le Comité International Olympique (CIO) à annoncé le report d’un an des Jeux Olympiques, en raison de la crise sanitaire actuelle.

C’est lors d’une réunion téléphonique entre Thomas Bach, président du CIO, et Shinzo Abe, premier ministre japonais, que la décision a été actée: les Jeux Olympiques de Tokyo vont être reportés à 2021.

Dans un communiqué, le CIO précise que « dans les circonstances actuelles, sur la base des informations fournies par l’Organisation mondiale de la santé, le président du CIO et le Premier ministre du Japon ont conclu que les Jeux de la XXXIIe olympiade à Tokyo doivent être reprogrammés à une date au-delà de 2020, mais pas plus tard que l’été 2021, afin de sauvegarder la santé des athlètes et de toutes les personnes impliquées dans les Jeux Olympiques et la communauté internationale »

L’été 2021 préféré à l’automne 2020

Samedi, Thomas Bach avait qualifié d’« opération très complexe » un report d’un évènement aussi important. « Reporter les Jeux Olympiques n’est pas comme décaler un match de football au samedi suivant » avait-il déclaré dans un entretien avec le média allemand SWR.
Une option était envisagée alors, le report des Jeux à l’automne 2020, moins coûteuse, mais plus complexe à organiser par rapport aux calendrier des différents sports mais aussi par rapport à l’évolution de la crise sanitaire du Coronavirus.

Le CIO a toutefois tenu à préciser que, même s’ils se dérouleront à l’été 2021, les JO garderont leur appellation d’origine « des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 ».

Inédit depuis l’après-guerre.

De nombreux athlètes se sont élevés pour dénoncer l’impossibilité d’organiser correctement l’évènement aux dates initiales (24 juillet au 9 août).lors que le coronavirus sévit chaque jours à travers le monde, la plupart des compétitions sportives sont à l’arrêt sur l’ensemble du globe, et plus d’un milliard de personnes doivent rester chez elles, avec des mesures de confinement. Au-delà des questions de santé, la pandémie pose d’énormes difficultés pour les sportifs qui n’ont pas la possibilité de s’entraîner en vue des JO, ni même, dans un certain nombre de disciplines, tenter de se qualifier, faute de compétition.

La Fédération internationale d’athlétisme, très influente, sport numéro un aux JO, avait clairement pris position, estimant qu’ouvrir les Jeux le 24 juillet n’était « ni faisable ni souhaitable », selon son président Sebastian Coe. Plusieurs comités olympiques nationaux avaient officiellement appelé à un report, notamment celui des USA et celui de l’Allemagne.

Le report semblait devenu inéluctable, il s’agit donc  d’un geste fort de la part du Japon, qui avait bouclé les préparatifs de l’événement et pour qui un report entraînera de sévères conséquences économiques. Pour le CIO aussi, c’est une lourde décision : jamais depuis la rénovation des Jeux en 1896, ceux-ci n’avaient été reportés en temps de paix. En 1916, 1940 et 1944, ils avaient été annulés en raison des deux guerres mondiales.

Jérémy.C