SHARE

La France en récession au premier trimestre 2013

Mercredi 15 mai 2013, l’Insee a annoncé que la croissance française a reculé de 0,2% au premier trimestre 2013, et le pouvoir d’achat a chuté de 0,4%, la France plonge donc en récession.

pouvoir-achat-baisse

On se souviendra pendant longtemps de ce mercredi 15 mai 2013 comme la confirmation officielle que l’économie se porte mâle puisque la France est officiellement rentrée en récession car le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 0,2% et le pouvoir d’achat de 0,4% au premier trimestre 2013. La nouvelle de la récession a été confirmée par l’Insee puisque le PIB est en recul depuis deux trimestres consécutifs. Ce phénomène économique désastreux intervient pour la troisième fois en France lors depuis ces quatre dernières années. Sur 2012, l’Insee est restée sur sa position de la croissance nulle. De son côté depuis aujourd’hui, mercredi 13 mai 2013, l’Allemagne a revu à la baisse la hausse de son PIB sur la même période.

Malgré cette mauvaise nouvelle, le gouvernement français pense arriver à une croissance du PIB de 0,1% sur l’année 2013. Bercy mise sur une reprise de l’activité économique au deuxième semestre de +0,1%, alors que le FMI et le Haut Conseil des finances publiques pensent le contraire et estiment un recul de -0,1%.

Avant ces quatre dernières années la France n’avait subi que deux périodes de récession, de fin 1974 au début de 1975, et en 1992-1993.
Ce mercredi 15 mai 2013 est décidément très important car François Hollande s’est rendu à Bruxelles pour rencontrer la Commission Européenne au complet pour aborder les réformes structurelles demandées à la France en contrepartie des largesses budgétaires accordées.
Comme on vous l’annonçait en préambule, l’Insee a aussi annoncé que pouvoir d’achat des ménages français a fini en baisse de 0,9% en 2012, et fin mars, l’institut de sondage a évalué cette baisse de 0,4% pour le premier trimestre 2013.

Baisse record du pouvoir d’achat des français en 2012

L’année 2013 commence très mâle pour les finances des ménages français mais 2012 a été officiellement catastrophique car la baisse a été évalué à 0,9% par l’Institut de la statistique et des études économiques (Insee). La célèbre institut s’était positionnée  sur 0,4% mais ce chiffre déjà très douloureux a finalement atteint 0,9%. Cette baisse est dû à l’augmentation des impôts et aux baisses des revenus d’activité et du patrimoine, et à une baisse des taux d’épargne. Les ménages n’avaient connu une aussi important baisse depuis 1984 (1,1%), en 2010 on avait connu une croissance de 0,9% et 0,7% en 2011
Sur les raisons de cette forte baisse, la hausse des impôts est la principale. La désindexation du barème d’impôt sur le revenu des personnes physiques, la modification du régime de taxation des plus-values immobilières, la création d’une contribution exceptionnelle sur la fortune, et la hausse des taux de prélèvements sociaux sur les revenus du capital. Ces nouvelles taxes ont engendré  10,2% de plus de 10,2% de prélèvements obligatoires en 2012. Le porte-monnaie des français a été aussi impacté par la suppression de l’exonération des heures supplémentaires et la hausse des cotisations sociales salariales.

infographie, pouvoir d'achat, France

La mauvaise santé des entreprises françaises a impacté la rentabilité des actions et les ménages n(ont perçu que 1,9% de dividendes en plus contre 6,4% en 2011. Le patrimoine des contribuables n’est plus aussi reluisant. L’assurance-vie a perdu de son orra. 77% des français pensent qu ela situation ne s’arrangera pas en 2013.

C’est la première baisse de la consommation depuis 1993.