SHARE

Le CM a enfin sa fiche métier à Pôle Emploi

Au terme de cinq ans d’existence dans la pratique, le métier de Communauty Manager vient d’être reconnu fin novembre 2013 par Pôle Emploi. L’offre de formation à cette profession à part entière est appelée à se diversifier.

Le Communuauty Manager a un rôle dans l’économie de l’entreprise

Pôle Emploi a décidé d’inscrire la pratique de Communauty Manager dans la nomenclature des métiers. A l’époque où les sociétés ne peuvent plus faire l’économie d’un effort de visibilité sur internet, le rôle proprement professionnel du CM est enfin reconnu par l’institution : « La communauté est devenue une référence, elle est consultée, lue, appréciée ». Cette tendance lourde méritait que l’on donne un statut à l’animateur de communauté,  comme cela est le cas depuis quelques années aux États-Unis.

Le rôle que tient le manager de réseaux sociaux dans l’entreprise justifiait pleinement cette reconnaissance professionnelle : en synthèse, le CM crée et anime des communautés dans le but de développer les relations avec les publics  — collaborateurs, utilisateurs, clients . Il communique sur son entreprise tout en faisant de la veille concurrentielle.

Un exemple concret ? C’est à lui que revient la charge d’agglomérer une communauté autour d’un centre d’intérêt, pour diffuser auprès d’elle un contenu à valeur ajoutée, jusqu’à produire de l’engagement. Artisan de l’inbound marketing , c’est le CM qui crée, in fine, une relation privilégiée entre la société et l’internaute — le tiers terme fédérateur étant la marque.

Community-Brain_light

L’institution publique insiste sur les compétences professionnelles requises pour être social media manager  : on attend à la fois de la part de l’animateur de communauté qu’il ait le sens du dialogue, qu’il soit capable de mettre en cohésion des groupes d’internautes, et enfin qu’il sache rédiger de manière claire et synthétique.

Pôle Emploi va jusqu’à considérer que le CM, qui n’est pas un simple médiateur de site web ou un veilleur, doit savoir anticiper les tendances marketing : « il est aussi l’élément clé pour observer les remontées négatives et leur amplification au point de devenir d’éventuelle crise. Il aura donc en charge de prévenir les situations de crise et, en dernier recours, mettre en place des scénarios de gestion de crise. »

Une floraison de formations spécialisées en Communauty Managing ?

Une fois reconnu, le métier pourrait vite évoluer, en admettant notamment des subdivisions. Par exemple, il pourrait exister des CM spécialisés en buzz marketing, d’autres  en veille concurrentielle, ou d’autres encore en mesure de l’e-réputation (métamoteurs sociaux, moteurs de blogs, moteurs d’actualités, suivi et recherche de commentaires, moteurs de forums et microblogging, agrégateurs,…).

La lecture de la fiche rédigée par Pôle Emploi, qui détaille de manière très concise les objectifs du métier, laisse penser que d’ici quelques mois, des formations spécifiques à l’attention des Communauty Managers vont se diversifier et être valorisées. Aujourd’hui, il existe principalement des modules de formation en Communauty Managing réservés aux professionnels. La reconnaissance du métier  devrait permettre aux écoles et aux facultés d’emboiter le pas. A quand un Master CM option « événementiel » ?